Posts tagged ‘industrie’

Alstom: la solution est européenne et elle s’appelle transition énergétique

Tribune de Sandrine Bélier, députée européenne écologiste.

 

Certes, Alstom connaît des difficultés, notamment une capitalisation boursière en baisse, une conjoncture morose, et une absence de marges de manœuvre financières. Mais la situation du groupe est loin d’être aussi mauvaise qu’en 2003: le groupe a réalisé 800 millions d’euros de bénéfices sur 2012/2013 et a d’ores et déjà réalisé des investissements qui pourraient permettre son redressement. Quelle urgence y a-t-il dès lors à démembrer un groupe industriel qui emploie près de 93.000 personnes dans le monde dont 18.000 en France?

Retrouvez le reste de la tribune sur le site Slate.fr

Publicités

avril 30, 2014 at 12:42 Laisser un commentaire

Émissions de CO2 des voitures neuves: le manque d’ambition européen est une mauvaise nouvelle pour la réindustrialisation

COMMUNIQUE DE PRESSE – Strasbourg, le 25 février 2014

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui un règlement portant sur la mise en œuvre de l’objectif européen d’émissions de CO2 des voitures neuves, instauré par le paquet énergie-climat de 2008. Alors que celui-ci prévoit un taux d’émission moyen de 95 grammes de CO2 /km en 2020, ce texte précise comment les constructeurs automobiles pourront atteindre cet objectif. Sandrine Bélier, députée européenne écologiste de la région Grand Est (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté et Lorraine) réagit à ce vote:

« Le manque d’ambition de ce texte est une très mauvaise nouvelle pour nos régions industrielles, qui auraient pu accueillir les emplois générés par la transition écologique du secteur automobile. Alors que l’emploi dans le secteur automobile a diminué de plus de 25% en Lorraine et de 20% en Franche Comté entre 2001 et 2011, des objectifs plus forts auraient pu stimuler la recherche et créer de nombreux emplois industriels chez les constructeurs et leurs sous-traitants. Ce texte représentait une opportunité pour inciter les constructeurs automobiles à favoriser le développement de véhicules plus propres et économes en carburant. Il aurait aussi pu permettre de favoriser les bons élèves de la classe européenne, dont font partie les constructeurs français, qui produisent déjà des voitures parmi les moins polluantes au monde.

Malheureusement, sous la pression du gouvernement Merkel, le texte a été affaibli pour protéger les intérêts des constructeurs de voitures de luxe, notamment en Allemagne. Les mesures de flexibilité introduites dans ce texte font que l’objectif de 95 grammes de CO2 par km, lui-même peu ambitieux, pourra n’être atteint qu’en 2023 au lieu de 2020. Il s’agit également d’une mauvaise nouvelle pour les conducteurs, dont les frais de carburant auraient pu diminuer de plus de 750€ si les objectifs adoptés avaient été plus ambitieux. Il s’agit enfin d’une mauvaise nouvelle pour le climat, car ce sont 50 millions de tonnes2 de CO2 de plus qui seront émises dans l’atmosphère entre 2020 et 2023.

Je regrette que les intérêts économiques d’arrière-garde aient une nouvelle fois primé sur l’intérêt général européen et appelle les constructeurs français à poursuivre leurs efforts pour développer une automobile propre et innovante.“

Contacts Presse
Sandrine Bélier – 0760701973
Bureau de Strasbourg – 0388175150

février 25, 2014 at 3:02 Laisser un commentaire

Climat et énergie : Le Parlement demande des engagements forts et contraignants pour 2030

COMMUNIQUE DE PRESSE – Bruxelles, Jeudi 9 janvier 2014

China will gegen Umweltverschmutzung vorgehen La Commission européenne proposera fin janvier un nouveau paquet climat afin de définir un cadre politique européen à l’horizon 2030. En amont de cette présentation et suite à sa publication d’un Livre vert en matière de climat et d’énergie (1), le Parlement européen a adopté aujourd’hui une position forte. Ses commissions parlementaires Environnement et Énergie appellent la Commission européenne et les États membres de l’UE à ce que les engagements européens se traduisent par de nouveaux objectifs contraignants.

À la suite d’un vote-marathon de près de 900 amendements et d’intenses négociations, Sandrine Bélier, Yannick Jadot et Michèle Rivasi, eurodéputé(e)s écologistes, se réjouissent du message clair envoyé :

« Alors que l’Union européenne a toujours souhaité faire de sa politique climatique un modèle pour le reste du monde, 2014 sera une année clé pour conforter ses ambitions. Les votes en commissions parlementaires du PE traduisent la résolution des écologistes et de leurs collègues eurodéputés de relever le défi, et ce malgré la pression des États membres les plus réfractaires. Nous jugeons urgent d’adopter de nouveaux objectifs contraignants concernant la réduction des gaz à effet de serre, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique à l’horizon 2030. C’est bien l’objectif contraignant pour 2020 qui a été le moteur principal du déploiement actuel des capacités renouvelables dans l’UE, il faut continuer sur cette voie.

La volonté de 8 États membres (2) – dont la France – de fixer des objectifs (non-contraignants) pour 2030 est rassurante. Mais elle révèle aussi une certaine hypocrisie: l’objectif français est d’atteindre 23% d’énergies renouvelables en 2020, pourtant les projections actuelles n’atteignent que 17%, exposant la France à des sanctions. L’État français doit se réveiller et rassurer les professionnels des énergies renouvelables qui attendent une lisibilité des objectifs pour une meilleure prévisibilité des investissements.

Concernant les émissions de gaz à effet de serre, l’UE ne doit pas répéter les erreurs et le manque d’ambition de la stratégie 2020 qui ont miné l’efficacité de l’ensemble de la politique climatique et des instruments clés comme le marché des émissions carbone. Nous espérons que la Commission européenne entendra et intègrera les propositions claires et fortes que nous avons formulées. À cette fin, nous regrettons que le Parlement propose une réduction de 40% alors que les écologistes rappellent que seule une réduction de 60 % ses émissions de carbone mettrait l’économie européenne sur la voie de la décarbonisation pour 2030.

Compte tenu de la lente progression vers l’objectif 2020 sur les énergies renouvelables, il est impératif que l’UE se fixe des objectifs ambitieux pour 2030. Au-delà des 30% d’énergies renouvelables proposés par le Parlement européen, nous jugeons que viser une part de 45 % de la production d’énergie totale européenne serait réaliste comme l’ont prouvé de nombreux scenarios. Le Parlement a su porter une position ambitieuse sur l’efficacité énergétique alors que les États membres de l’UE sont loin de répondre à l’objectif actuel (non-contraignant): cette erreur devra être corrigée. Nous demandons un nouvel objectif contraignant afin que la consommation d’énergie en Europe soit réduite de 40 %. »

(1) Commission européenne « Livre vert – Un cadre pour les politiques en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030 », 27 mars 2013 : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2013:0169:FIN:FR:PDF

(2) Allemagne, France, Italie, Belgique, Irlande, Portugal, Danemark et Autriche.

janvier 9, 2014 at 1:20 1 commentaire

Communiqué de Presse : Monsieur Hollande, je vous demande d’inscrire l’avenir de la sidérurgie au Conseil européen de demain!

Communiqué de Presse – le 6 février 2013

SB ArcelorMittalAlors que le groupe parlementaire des Verts européens ouvrait les rencontres organisées entre les parlementaires et les sidérurgistes européens, l’entretien avec la délégation de représentants syndicaux d’Arcelor Mittal a du être interrompu. Interrompu parce que plusieurs centaines de salariés venus de Florange en Lorraine, de Liège en Belgique, mais aussi du Luxembourg et d’Allemagne ont été empêchées par les forces de l’ordre françaises de manifester leur soutien au travail effectué entre leurs représentants et les eurodéputés, devant l’enceinte parlementaire.

Vidéo de la Manifestation des ArcelorMittal à Strasbourg

Pour Sandrine Bélier, eurodéputée EELV du Grand Est, engagée aux côtés des salariés de Florange : « Je regrette l’accueil réservé aux ouvriers et syndicats qui étaient venus témoigner de la situation dramatique qu’ils vivent au quotidien et exposer leurs attentes européennes. Cette journée devait être un des moments forts de l’engagement de l’ensemble du Parlement pour la sauvegarde de la sidérurgie européenne et permettre de mobiliser tous les députés européeens sur l’avenir de ce secteur. Cette journée devait être l’occasion de discussions pour engager ensemble les solutions et les perspectives que nous devons mettre en oeuvre pour sauver l’industrie sidérurgique européenne. »

Et Sandrine Bélier de conclure : « Pas plus tard qu’hier, au sein de notre hémicycle, le Président François Hollande appelait à une plus grande lutte contre la criminalité financière de grands groupes industriels et la défense des salariés européens. Les salariés menacés, par Arcelor Mittal, de perdre leurs emplois attendent des réponses européennes et rapides. Les sidérurgistes ont besoin de l’Europe qui protège et leur offre des perspectives d’avenir face à une stratégie destructrice de notre capacité industrielle. L’Europe a besoin d’une sidérurgie européenne.

M. Le Président, demain s’ouvre un important Conseil européen, je vous demande d’inscrire l’avenir de la sidérurgie européenne à l’Ordre du jour de ce Conseil. »

« Le pique-nique des métallos se transforme en bataille de rue à Strasbourg » sur L’Alsace.fr

février 6, 2013 at 6:45 Laisser un commentaire


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Twitter