Posts tagged ‘pesticides’

Condamnation d’Emmanuel Giboulot : De nouveaux textes pour de nouvelles pratiques agricoles et viticoles

COMMUNIQUÉ – Dijon, le 7 avril 2014

Montrachet_vineyardsSandrine Bélier, députée européenne de la circonscription Grand Est, regrette le verdict du tribunal correctionnel de Dijon. Pour la députée européenne, la lutte contre la flavescence dorée ne doit pas se faire au détriment de l’environnement et de notre santé. Elle appelle à une révision des textes.

Pour Sandrine Bélier :  » Ce verdict est un signal extrêmement négatif envoyé à toutes celles et ceux qui, comme Emmanuel Giboulot, pratiquent une agriculture conciliant performance économique et écologique. Pourtant Emmanuel Giboulot, avec l’immense mouvement de solidarité qu’il a suscité, aura permis de mettre en lumière l’inadéquation de la loi qui amène bien souvent les viticulteurs à recourir systématiquement aux pesticides sans menace avérée.  »

L’eurodéputée ajoute : « Cette réglementation doit être révisée impérativement. Elle est responsable d’une situation absurde où on condamne le vigneron qui a fait le choix de produire dans le respect de la nature et de la santé. Le principe de précaution est dévoyé puisqu’on impose l’usage préventif de pesticides sans menace avérée et au détriment de la santé des travailleurs et des consommateurs. En cette 66ème journée mondiale de la santé, cette affaire nous interpelle sur le besoin urgent d’une réforme en profondeur des lois et des pratiques. »

Et Sandrine Bélier de conclure : « Pour la santé de toutes et de tous, j’appelle le gouvernement à encourager le développement d’une agriculture sans pesticides qui soit respectueuse de la biodiversité. Ce développement passe notamment par une réorientation des crédits européens de la politique agricole commune vers l’agriculture paysanne et biologique. C’est le programme des écologistes pour l’Europe. »

 

avril 7, 2014 at 1:28 Laisser un commentaire

Semaine européenne des abeilles et des pollinisateurs 2014 : les Verts ne se démobilisent pas

Les abeilles et les pollinisateurs sont des bio – indicateurs de la biodiversité et de la sécurité alimentaire : quand ils commencent à mourir en grand nombre alors quelque chose ne va vraiment pas avec le système.Dans le cadre de la Semaine européenne des abeilles et des pollinisateurs 2014, le Groupe des Verts / ALE organise une série d’événements du 1er au 4 Avril pour mettre en évidence qu’une agriculture sans pesticide et sans OGM est une condition nécessaire pour des abeilles et des pollinisateurs en bonne santé .

Cette même semaine, Bruxelles accueille une série de conférences sur les abeilles et la pollinisation. L’une d’elles , la Bee Week Conference , a lieu pour la troisième année consécutive au Parlement européen . Une autre conférence se concentre sur les pollinisateurs dans l’agriculture . Une troisième, sur la santé des abeilles , sera organisée par la Commission européenne. Deux de ces trois conférences sont soutenues par l’industrie agro -chimique et des organisations connexes. Elles tentent ainsi d’orienter le débat actuel sur la question de la mortalité des pollinisateurs en oubliant de mentionner que la forte toxicité des produits qu’ils vendent est l’une des principales causes de l’effondrement des populations d’abeilles.

Retrouvez des images de notre action devant le Parlement européen où l’industrie avait monté un « jardin des abeilles ».

La campagne « Donnons une chance aux abeilles »

avril 2, 2014 at 6:07 Laisser un commentaire

Procès d’Emmanuel Giboulot: Le temps des choix est venu pour notre modèle agricole

images gibouCOMMUNIQUE DE PRESSE – Dijon, lundi 24 février 2014

Aujourd’hui se tenait au tribunal correctionnel de Dijon le procès d’Emmanuel Giboulot, agriculteur biologique jugé pour avoir refusé de traiter ses vignes contre la flavescence dorée, une maladie de la vigne. Sandrine Bélier, députée européenne de la région Grand Est, soutient le viticulteur depuis le début de l’affaire. Elle tenait à être à ses côtés aujourd’hui et réagit après l’audience :

« Je me réjouis du soutien apporté à Emmanuel Giboulot par les nombreux citoyen-ne-s qui ont montré leur incompréhension et la démesure des poursuites engagées contre lui. Alors qu’une pétition de soutien approche le demi-million de signatures, ce viticulteur montre qu’il est possible de pratiquer une agriculture conciliant performance économique et écologique, où la santé des travailleurs et des consommateurs rime avec protection de la nature.

Cette affaire nous questionne sur la liberté de choix dont nous disposons pour produire autrement. Notre modèle agricole a montré ses limites et doit entamer sa mutation vers des pratiques plus vertueuses sans utilisation de pesticides. Premier pays consommateur de pesticides en Europe, le rôle de la France est crucial pour montrer l’exemple. A l’heure où se tient le salon de l’agriculture à Paris, j’appelle le gouvernement à passer aux actes et accompagner résolument la transition écologique dans le secteur agricole.

En tant que députée européenne et écologiste, je poursuivrai le travail entamé en Europe pour des politiques de régulation des pesticides, visant à mieux encadrer leur mise sur le marché, à éviter leur subventionnement et à assurer la transparence sur leur usage. L’intérêt des citoyens européens doit passer avant celui des lobbies de l’industrie chimique, pour une agriculture respectueuse de notre santé et de l’environnement. Consommateurs, citoyens, agriculteurs, nous avons tout à gagner à proposer un modèle respectueux des terroirs et des productions françaises. »

Contact Presse:

06 63 09 80 04

février 24, 2014 at 4:30 Laisser un commentaire

Miel et OGM : Les OGM sont protégés aux dépens des apiculteurs

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Strasbourg, le 15 janvier 2014

Logo de la campagne des Verts "Donnons une chance aux abeilles"

Logo de la campagne des Verts « Donnons une chance aux abeilles »

Le Parlement européen a voté aujourd’hui sur la proposition de révision des règles européennes sur le miel. Une majorité de députés a adopté la proposition de la Commission européenne. En conséquence, la présence de pollen OGM dans le miel ne sera pas indiquée sur l’étiquette.

Sandrine BELIER et José BOVE, députés du Groupe des Verts/ALE et membres des commissions Environnement et Agriculture critiquent ce vote :

« Depuis l’apparition des OGM dans nos champs, de nombreuses inquiétudes existent concernant le devenir des abeilles et du miel. L’utilisation des OGM est associée à l’usage de pesticides et à un modèle d’agriculture non favorable au bien-être de l’abeille, des apiculteurs, des agriculteurs et des consommateurs qui sont d’ailleurs clairement opposés à la présence d’OGM dans leur nourriture.

Suite à l’arrêt de 2001 de la Cour de Justice de l’Union européenne (1) qui impose que le miel contenant du pollen OGM soit étiqueté, la Commission européenne a préféré présenter une révision de la directive miel qui évite cet étiquetage par une astuce sémantique qui permet de considérer le pollen OGM comme un constituant naturel du miel. Les Verts au Parlement européen se sont mobilisés aux côtés des associations et des professionnels du secteur afin de rejeter cette proposition hypocrite.

Pourtant, une majorité de parlementaires européens a aujourd’hui refusé que le miel soit étiqueté en acceptant la proposition de la Commission, aux dépens des apiculteurs qu’elle prétend protéger. En cachant la contamination du miel par des OGM aux consommateurs, ce sont les producteurs d’OGM qui sortent gagnants face aux apiculteurs qui souhaitent produire du miel sans OGM. Il est simplement intolérable qu’on refuse aux ruches et aux apiculteurs européens la protection qui est offerte aux agriculteurs face aux cultures et à la contamination par les OGM. »

(1) En 2011, la Cour de Justice de l’UE a établi que du miel contaminé avec du pollen de maïs MON810 était soumis à une obligation d’étiquetage (au-delà d’une présence de 0.9% de pollens issus d’OGM autorisés dans l’alimentation humaine). En toute logique, on devrait donc appliquer au miel des principes essentiels de la réglementation sur les OGM.

janvier 15, 2014 at 12:39 1 commentaire

Pesticides : Le futur de notre agriculture ne peut être conditionné par les produits phytosanitaires

COMMUNIQUE DE PRESSE – Bruxelles, jeudi 28 novembre 2013

Montrachet_vineyardsSandrine Bélier, députée européenne EELV du Grand Est (Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Alsace et Lorraine), réagit à l’annonce de la convocation par le substitut du procureur d’Emmanuel Giboulot, vigneron qui exploite dix hectares de vignes en biodynamie sur la Côte de Beaune et la Haute-Côte de Nuits en Côte d’Or.

Pour avoir refusé d’épandre des pesticides sur ses vignes, Emmanuel Giboulot encourt aujourd’hui jusqu’à six mois de prison et 30 000 euros d’amende. Le viticulteur justifie son refus d’appliquer le traitement imposé à tous les propriétaires de vignes pour tenter de prévenir l’installation de la flavescence dorée, par le caractère disproportionné de la mesure imposée par l’État sur sa parcelle en l’absence de risque avéré.

« Les produits imposés par la Préfecture de Saône et Loire sont réputés pour leur toxicité et leur impact sur la faune auxiliaire des vignobles et la santé des vignerons », souligne Sandrine Bélier, eurodéputée EELV, qui se déclare pleinement solidaire de M. Giboulot et prête à le soutenir devant la justice.

« Des études récentes ont montré que les salariés de la vigne sont surexposés aux pesticides et subissent de plein fouet leurs risques sanitaires. L’assignation d’Emmanuel Giboulot vient démontrer une nouvelle fois l’absurdité d’un système qui condamne ceux qui font le choix courageux de promouvoir d’autres approches agricoles comme la biodynamie. Le recours automatique à des produits chimiques n’est rien d’autre qu’un leurre savamment entretenu pour maintenir la dépendance d’un secteur aux produits de l’industrie agro-chimique. Cet enjeu sera traité en France dans le cadre de la future loi d’avenir agricole. Les écologistes seront vigilants afin que de réelles évolutions soient développées et que les choix tournés vers des solutions plus respectueuses de la santé humaine et de l’environnement soient récompensés et non plus réprouvés.

La France est le premier utilisateur européen de pesticides avec 62 700 tonnes de substances actives vendues en 2011. Malgré le lancement du plan Ecophyto en 2008, et l’objectif affiché de réduction de 50 % des pesticides en dix ans ainsi que l’exclusion des substances les plus dangereuses, la consommation de pesticides continue de progresser. Quant à la viticulture, elle représente à elle seule 20 % des tonnages de pesticides utilisés en France, alors qu’elle ne pèse que 3,7 % des surfaces agricoles (1). Des alternatives aux pesticides existent (préparations naturelles peu préoccupantes – PNPP -). Malheureusement leur essor est limité et freiné par certains intérêts privés et des années d’aveuglement politique qui ont conduit l’agriculture française au bord de la faillite » rappelle également l’eurodéputée EELV.

(1) Publication « Apache » de Générations futures, 2013.

novembre 28, 2013 at 7:14 4 commentaires

Journée mondiale de l’alimentation : Halte au gâchis et priorité aux circuits courts

FoodLe 16 octobre est consacré à la journée mondiale de l’alimentation. Cette année, les Nations Unies se donnent pour priorité « des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition ».

Assurer une alimentation saine et suffisante à tous, en Europe, du Nord au Sud de la planète est une de nos principales priorités aujourd’hui. Nos modèles de production alimentaire sont inadaptés et génèrent de profonds déséquilibres. Nous n’avons jamais autant produit et pourtant 30 % de cette production alimentaire (jusque 50% en Europe) finit à la poubelle. La malnutrition touche des pays producteurs (on pense notamment aux émeutes de la faim en Égypte, à Haïti, au Sénégal…) comme des États européens (en témoigne le maintien du budget du Fonds européen pour l’aide alimentaire).

Le modèle industriel mondialisé de l’agro-alimentaire pose aujourd’hui non seulement des problèmes au regard de la santé publique (pesticides, OGM, maladies liées aux élevages intensifs) mais participe également à fragiliser notre sécurité alimentaire et l’environnement (eau, climat, sols, biodiversité). Des solutions sont possibles mais impliquent un virage à 180 degrés. Pour changer ce paradigme, les écologistes défendent un système cohérent et fonctionnel, valorisant des circuits courts de production, un soutien massif aux producteurs biologiques et le maintien de l’aide alimentaire.

Retrouvez sous ce lien les informations et le livestream de la conférence organisée par les Verts européens « Nourir l’Europe en tant de crise » (jeudi 17 octobre 2013).

Et restez informé(e)s de notre campagne alimentation ici.

octobre 16, 2013 at 7:17 Laisser un commentaire

Mortalité des abeilles : L’Union européenne restreint l’usage d’un nouveau pesticide

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Bruxelles, 16 juillet 2013

Logo de la campagne des Verts "Donnons une chance aux abeilles"

Logo de la campagne des Verts « Donnons une chance aux abeilles »

Alors que la Commission européenne avait récemment pris la décision de suspendre pendant deux ans l’utilisation de trois pesticides néonicotinoides, un comité permanent d’experts des États membres se prononçait aujourd’hui sur un autre insecticide dangereux pour les pollinisateurs. À l’issue de cette réunion, une majorité qualifiée a été atteinte permettant de limiter l’usage du fipronil en Europe.

Sandrine BELIER, membre de la Commission Environnement, Santé publique et Sécurité Alimentaire du Parlement européen réagit : « La restriction de l’utilisation du fipronil était la seule ligne de conduite responsable à adopter et je salue le vote des 23 États membres de l’Union européenne qui l’ont soutenue. Ainsi, ce pesticide ne pourra plus être utilisé pour le traitement du maïs et du tournesol, interdiction déjà appliquée dans certains États membres. Ces derniers devront mettre en application cette restriction fin 2013 au plus tard. »

L’eurodéputée EELV ajoute : « Au lieu de défendre les intérêts à court terme de l’agro-industrie chimique, les gouvernements européens ont compris qu’il était nécessaire de prioriser la lutte contre le déclin des populations d’abeilles, qui passe nécessairement par de plus larges restrictions et interdictions des produits qui les mettent en danger. En effet, la proposition adoptée par les États Membres s’appuyait sur un récent rapport de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (1) qui dénonçait la toxicité aigüe de cette matière active du pesticide Régent de BASF pour les pollinisateurs.  »

Sandrine Bélier conclut « Cette mesure n’est pourtant qu’une mince avancée. Une révision complète de nos modèles agricoles et une prise en considération accrue de la biodiversité sont essentielles pour empêcher l’effondrement de nos colonies d’abeilles. »

(1) Avis de l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments sur le fipronil, 27 mai 2013 : http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/3158.htm

juillet 16, 2013 at 3:51 3 commentaires

Articles précédents


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Twitter