Posts tagged ‘agriculture’

Semaine européenne des abeilles et des pollinisateurs 2014 : les Verts ne se démobilisent pas

Les abeilles et les pollinisateurs sont des bio – indicateurs de la biodiversité et de la sécurité alimentaire : quand ils commencent à mourir en grand nombre alors quelque chose ne va vraiment pas avec le système.Dans le cadre de la Semaine européenne des abeilles et des pollinisateurs 2014, le Groupe des Verts / ALE organise une série d’événements du 1er au 4 Avril pour mettre en évidence qu’une agriculture sans pesticide et sans OGM est une condition nécessaire pour des abeilles et des pollinisateurs en bonne santé .

Cette même semaine, Bruxelles accueille une série de conférences sur les abeilles et la pollinisation. L’une d’elles , la Bee Week Conference , a lieu pour la troisième année consécutive au Parlement européen . Une autre conférence se concentre sur les pollinisateurs dans l’agriculture . Une troisième, sur la santé des abeilles , sera organisée par la Commission européenne. Deux de ces trois conférences sont soutenues par l’industrie agro -chimique et des organisations connexes. Elles tentent ainsi d’orienter le débat actuel sur la question de la mortalité des pollinisateurs en oubliant de mentionner que la forte toxicité des produits qu’ils vendent est l’une des principales causes de l’effondrement des populations d’abeilles.

Retrouvez des images de notre action devant le Parlement européen où l’industrie avait monté un « jardin des abeilles ».

La campagne « Donnons une chance aux abeilles »

avril 2, 2014 at 6:07 Laisser un commentaire

Pour un étiquetage européen transparent pour les produits végétariens et végétaliens

Je soutiens la création d’un étiquetage européen spécifique pour les produits végétariens ou végétaliens. Le Parlement européen se mobilise actuellement en ce sens avec une proposition d’acte de l’Union (1).

Il n’y a aujourd’hui aucune règle claire concernant l’étiquetage des produits végétariens ou végétaliens au niveau européen (par exemple, certains produits contenant de la gélatine peuvent recevoir l’appellation « végétarien »). Par conséquent, les différents labels apposés sur les produits végétariens et végétaliens aujourd’hui en Europe ne procurent aucune garantie aux consommateurs.

La seule initiative réellement européenne est le Label V de l’Union végétarienne européenne. Il s’agit d’un label qui requiert que les compagnies remplissent certaines conditions concernant leurs produits pour l’obtenir. Le label est actuellement utilisé dans 15 des 28 pays de l’Union et en Norvège.

Le règlement sur l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires oblige la Commission européenne à adopter des mesures afin de s’assurer que l’information donnée aux consommateurs concernant le caractère végétarien ou végétalien de leur nourriture ne soit pas ambigu ou trompeur. Cependant, la Commission n’a pour le moment rien présenté et a déclaré que le sujet n’était pas une priorité pour elle.

Par conséquent, les députés européens, au premier rang desquels les écologistes, vont demander à la Commission de soumettre au Parlement une proposition en ce sens, au travers de la proposition d’Acte de l’Union. La défense des intérêts des consommateurs européens passe par celle des végétariens et des vegans !

Lien vers la campagne des député(e)s européen(ne)s écologistes pour une alimentation durable sur le site Eat Better.

(1) La « Proposition d’Acte de l’Union » est un nouvel instrument dont le Parlement européen dispose depuis le traité de Lisbonne pour appeler la Commission européenne à agir sur un sujet et qui est ici utilisé pour la première fois.

février 25, 2014 at 9:28 1 commentaire

Procès d’Emmanuel Giboulot: Le temps des choix est venu pour notre modèle agricole

images gibouCOMMUNIQUE DE PRESSE – Dijon, lundi 24 février 2014

Aujourd’hui se tenait au tribunal correctionnel de Dijon le procès d’Emmanuel Giboulot, agriculteur biologique jugé pour avoir refusé de traiter ses vignes contre la flavescence dorée, une maladie de la vigne. Sandrine Bélier, députée européenne de la région Grand Est, soutient le viticulteur depuis le début de l’affaire. Elle tenait à être à ses côtés aujourd’hui et réagit après l’audience :

« Je me réjouis du soutien apporté à Emmanuel Giboulot par les nombreux citoyen-ne-s qui ont montré leur incompréhension et la démesure des poursuites engagées contre lui. Alors qu’une pétition de soutien approche le demi-million de signatures, ce viticulteur montre qu’il est possible de pratiquer une agriculture conciliant performance économique et écologique, où la santé des travailleurs et des consommateurs rime avec protection de la nature.

Cette affaire nous questionne sur la liberté de choix dont nous disposons pour produire autrement. Notre modèle agricole a montré ses limites et doit entamer sa mutation vers des pratiques plus vertueuses sans utilisation de pesticides. Premier pays consommateur de pesticides en Europe, le rôle de la France est crucial pour montrer l’exemple. A l’heure où se tient le salon de l’agriculture à Paris, j’appelle le gouvernement à passer aux actes et accompagner résolument la transition écologique dans le secteur agricole.

En tant que députée européenne et écologiste, je poursuivrai le travail entamé en Europe pour des politiques de régulation des pesticides, visant à mieux encadrer leur mise sur le marché, à éviter leur subventionnement et à assurer la transparence sur leur usage. L’intérêt des citoyens européens doit passer avant celui des lobbies de l’industrie chimique, pour une agriculture respectueuse de notre santé et de l’environnement. Consommateurs, citoyens, agriculteurs, nous avons tout à gagner à proposer un modèle respectueux des terroirs et des productions françaises. »

Contact Presse:

06 63 09 80 04

février 24, 2014 at 4:30 Laisser un commentaire

Maïs OGM de Pioneer : L’opposition face au maïs OGM doit être reconnue par la Commission européenne

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Bruxelles, 11 février 2014

MaisLes gouvernements des États membres ont voté aujourd’hui, à l’occasion du Conseil Affaires générales, sur la proposition de la Commission européenne d’autoriser la culture d’une variété de maïs OGM dans l’UE pour la première fois depuis 15 ans. (maïs TC 1507 de la compagnie Pioneer-Dupont). Une forte majorité d’États membres (18) s’est prononcée contre une telle autorisation et seulement 3 États membres l’ont soutenue. Les Verts au PE demandent à la Commission de tenir compte de cette opposition et de retirer l’autorisation proposée.

Réagissant au vote des États membres, Sandrine BELIER, porte-parole Environnement des Verts européens a estimé que :

« Le Parlement européen (1), la majorité d’États membres et 80 % des citoyens ont clairement exprimé leur refus face à une nouvelle autorisation d’OGM. Mais l’absence de majorité qualifiée lors du vote d’aujourd’hui donne une nouvelle fois le dernier mot à la Commission européenne. Cette dernière parait prête à faire un cadeau à la compagnie Pioneer-Dupont et permettre l’autorisation d’au moins un OGM pendant cette législature.

Il est impératif que José Manuel Barroso, son Président, écoute et entende la majorité des Européens et retire sa proposition d’autoriser le maïs OGM de Pioneer. La Commission européenne doit cesser de tenter par tous les moyens d’imposer des choix qui semblent dictés par d’autres intérêts que ceux des consommateurs européens.

L’enjeu est capital pour la démocratie européenne. Alors que François Hollande rencontre cette semaine le Président américain et que le quatrième round de négociation du Traité transatlantique (TAFTA/TTIP) aura lieu à Bruxelles début mars, les dirigeants européens doivent faire comprendre à leurs homologues américains que les paysans et consommateurs européens refusent de se faire imposer leur alimentation par les multinationales. »

(1) Communiqué de presse du 16 janvier 2014 de Sandrine Bélier et José Bové « Les eurodéputés s’opposent à l’autorisation de mise en culture du maïs OGM »

février 11, 2014 at 5:20 Laisser un commentaire

Les eurodéputés s’opposent à l’autorisation de mise en culture du maïs OGM

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Strasbourg, le 16 janvier 2014

Logo de la Campagne des Verts "Donnons une chance aux abeilles"

Logo de la Campagne des Verts « Donnons une chance aux abeilles »

Les eurodéputés ont voté aujourd’hui une résolution proposée par le groupe Verts/ALE au Parlement européen sur la mise en culture du maïs OGM. Cette résolution, non contraignante, demande le rejet de la proposition de la Commission européenne d’autoriser la culture d’un nouveau maïs OGM. Elle souligne le fait que la Commission a dépassé les pouvoirs de mise en œuvre conférés par la directive 2001/18, appelle au retrait de cette demande d’autorisation et à n’autoriser aucun OGM tant que les procédures d’autorisation n’ont pas été améliorées.

Pour Sandrine BELIER, membre de la commission environnement du Parlement européen:

« En soutenant la résolution des écologistes, les députés européens s’opposent aux manœuvres de la Commission européenne qui parait prête à faire du forcing pour voir l’autorisation d’au moins un OGM pendant cette législature. Pourtant, l’exécutif européen vient de subir récemment un camouflet de la Cour de justice de l’Union européenne. Cette dernière a conclu que la pomme de terre Amflora avait été illégalement autorisée en 2010. Il est impératif que la Commission retire sa proposition d’autoriser un nouveau maïs OGM et entende l’appel du Parlement européen. Elle doit cesser de tenter par tous les moyens d’imposer des choix qui semblent dictés par d’autres intérêts que ceux des consommateurs européens. Les députés européens expriment le malaise d’une immense majorité de citoyens face aux OGM. »

 Suite à sa condamnation par la CJCE pour avoir indûment bloqué le processus d’autorisation du maïs OGM 1507 de Pioneer, la Commission a soumis une proposition d’autoriser ce maïs au Conseil des Ministres de l’UE, qui devrait statuer avant le 12/02. Dans sa hâte, la Commission suggère de passer par une obscure procédure écrite, qui éviterait les discussions au Conseil et tiendrait le public soigneusement à l’écart.

Pour José BOVE, Vice-président de la commission de l’agriculture du Parlement européen:

« Nous appelons les représentants des gouvernements, qui se réunissent demain en COREPER afin de décider de la suite à donner à cette demande, à tenir compte de ce vote des eurodéputés et des conclusions du cas Amflora pour rejeter cette autorisation et préserver les territoires européens de la culture de ce maïs OGM. Cela éviterait à la Commission d’être à nouveau poursuivie devant la CJCE  pour autorisation « illégale » d’un OGM. En outre, ce maïs OGM a été insuffisamment évalué et pose des problèmes écologiques, en particulier des impacts sur des insectes non ciblés et des pollinisateurs. Les Européens ne comprendraient pas que le 1er maïs OGM autorisé à la culture depuis 15 ans soit justement un produit pour lequel l’EFSA elle-même a indiqué qu’il comportait des risques. Après le vote irresponsable d’hier au Parlement européen qui empêche les apiculteurs de se protéger des OGM, il est absolument nécessaire de conserver une Europe sans OGM ».

janvier 16, 2014 at 11:18 1 commentaire

Miel et OGM : Les OGM sont protégés aux dépens des apiculteurs

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Strasbourg, le 15 janvier 2014

Logo de la campagne des Verts "Donnons une chance aux abeilles"

Logo de la campagne des Verts « Donnons une chance aux abeilles »

Le Parlement européen a voté aujourd’hui sur la proposition de révision des règles européennes sur le miel. Une majorité de députés a adopté la proposition de la Commission européenne. En conséquence, la présence de pollen OGM dans le miel ne sera pas indiquée sur l’étiquette.

Sandrine BELIER et José BOVE, députés du Groupe des Verts/ALE et membres des commissions Environnement et Agriculture critiquent ce vote :

« Depuis l’apparition des OGM dans nos champs, de nombreuses inquiétudes existent concernant le devenir des abeilles et du miel. L’utilisation des OGM est associée à l’usage de pesticides et à un modèle d’agriculture non favorable au bien-être de l’abeille, des apiculteurs, des agriculteurs et des consommateurs qui sont d’ailleurs clairement opposés à la présence d’OGM dans leur nourriture.

Suite à l’arrêt de 2001 de la Cour de Justice de l’Union européenne (1) qui impose que le miel contenant du pollen OGM soit étiqueté, la Commission européenne a préféré présenter une révision de la directive miel qui évite cet étiquetage par une astuce sémantique qui permet de considérer le pollen OGM comme un constituant naturel du miel. Les Verts au Parlement européen se sont mobilisés aux côtés des associations et des professionnels du secteur afin de rejeter cette proposition hypocrite.

Pourtant, une majorité de parlementaires européens a aujourd’hui refusé que le miel soit étiqueté en acceptant la proposition de la Commission, aux dépens des apiculteurs qu’elle prétend protéger. En cachant la contamination du miel par des OGM aux consommateurs, ce sont les producteurs d’OGM qui sortent gagnants face aux apiculteurs qui souhaitent produire du miel sans OGM. Il est simplement intolérable qu’on refuse aux ruches et aux apiculteurs européens la protection qui est offerte aux agriculteurs face aux cultures et à la contamination par les OGM. »

(1) En 2011, la Cour de Justice de l’UE a établi que du miel contaminé avec du pollen de maïs MON810 était soumis à une obligation d’étiquetage (au-delà d’une présence de 0.9% de pollens issus d’OGM autorisés dans l’alimentation humaine). En toute logique, on devrait donc appliquer au miel des principes essentiels de la réglementation sur les OGM.

janvier 15, 2014 at 12:39 1 commentaire

La Biodiversité une chance, Nous avons un plan B!

Présentation à la presse par Actes-Sud du livre que j’ai co-écrit avec Gilles Luneau, Rédacteur en chef de GLOBALMagazine.

Communiqué de Presse - Le Plan B_001Communiqué de Presse - Le Plan B_002

octobre 4, 2013 at 2:38 Laisser un commentaire

Articles précédents


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Facebook

Twitter