Posts tagged ‘commission européenne’

Interpellation de la Commission européenne sur le traité TAFTA

Je suis intervenue mardi 19 mars 2014 en commission Environnement du Parlement européen lors d’un débat avec M. Ignacio Garcia Bercero, négociateur en chef de la Commission européenne pour le traité TAFTA.

J’ai rappelé la vive inquiétude des écologistes quant aux risques que font peser ces négociations sur la politique environnementale, sociale et sanitaire en Europe. J’ai également demandé à la Commission européenne de fournir au Parlement européen les documents officiels de négociation pour que celle-ci donne lieu à un vrai débat démocratique en Europe.

mars 20, 2014 at 10:14 1 commentaire

Initiative citoyenne européenne : La Commission européenne entend les Européen-nes

COMMUNIQUE DE PRESSE – Bruxelles, mercredi 19 mars 2014

Water

La Commission européenne se prononçait aujourd’hui sur l’initiative citoyenne « L’eau et l’assainissement sont un droit humain ! L’eau est un bien public, pas une marchandise! ». Première initiative citoyenne européenne (ICE) réunissant le million de signatures requis, elle est acceptée par la Commission européenne. Cette dernière doit encore présenter des propositions pour une législation européenne protégeant l’accès à l’eau. Les Écologistes européens félicitent les organisateurs de l’ICE « Right2Water » et attendent des actes concrets.  

 

Pour Sandrine Bélier, membre des Commissions Affaires constitutionnelles et Environnement :  » Nous vivons un moment historique pour la démocratie européenne et la préservation de l’environnement. Avec 1.884.790 d’Européen-nes, les organisateurs de l’ICE ont su relever le défi d’une campagne européenne et ont obtenu le soutien de leurs représentants du Parlement européen. Premier et unique instrument de démocratie participative directe, l’ICE bouleverse la prise de décision européenne. Pourtant la Commission aurait dû soumettre une proposition législative dès aujourd’hui. Le passage des discours aux actes sera un nouveau pas décisif pour l’Europe des citoyens. »

Pour José Bové, tête de liste des Verts aux élections européennes : Peut-on accepter qu’une famille n’ait plus d’eau courante parce que les politiques d’austérité l’on plongée dans la misère? c’est cette question que plus de 1,8 millions de personnes adresse à l’Europe. Pour moi la réponse est limpide : Non, bien entendu car l’eau est un droit ; l’eau n’est pas une marchandise. La mobilisation massive et le travail de centaines d’associations ont donc produit leurs fruits, et je les félicite pour leur détermination. J’attends de la Commission européenne qu’elle se mette rapidement à l’ouvrage pour traduire cette demande légitime dans des actes concrets. »

mars 19, 2014 at 11:38 Laisser un commentaire

Maïs OGM de Pioneer : L’opposition face au maïs OGM doit être reconnue par la Commission européenne

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Bruxelles, 11 février 2014

MaisLes gouvernements des États membres ont voté aujourd’hui, à l’occasion du Conseil Affaires générales, sur la proposition de la Commission européenne d’autoriser la culture d’une variété de maïs OGM dans l’UE pour la première fois depuis 15 ans. (maïs TC 1507 de la compagnie Pioneer-Dupont). Une forte majorité d’États membres (18) s’est prononcée contre une telle autorisation et seulement 3 États membres l’ont soutenue. Les Verts au PE demandent à la Commission de tenir compte de cette opposition et de retirer l’autorisation proposée.

Réagissant au vote des États membres, Sandrine BELIER, porte-parole Environnement des Verts européens a estimé que :

« Le Parlement européen (1), la majorité d’États membres et 80 % des citoyens ont clairement exprimé leur refus face à une nouvelle autorisation d’OGM. Mais l’absence de majorité qualifiée lors du vote d’aujourd’hui donne une nouvelle fois le dernier mot à la Commission européenne. Cette dernière parait prête à faire un cadeau à la compagnie Pioneer-Dupont et permettre l’autorisation d’au moins un OGM pendant cette législature.

Il est impératif que José Manuel Barroso, son Président, écoute et entende la majorité des Européens et retire sa proposition d’autoriser le maïs OGM de Pioneer. La Commission européenne doit cesser de tenter par tous les moyens d’imposer des choix qui semblent dictés par d’autres intérêts que ceux des consommateurs européens.

L’enjeu est capital pour la démocratie européenne. Alors que François Hollande rencontre cette semaine le Président américain et que le quatrième round de négociation du Traité transatlantique (TAFTA/TTIP) aura lieu à Bruxelles début mars, les dirigeants européens doivent faire comprendre à leurs homologues américains que les paysans et consommateurs européens refusent de se faire imposer leur alimentation par les multinationales. »

(1) Communiqué de presse du 16 janvier 2014 de Sandrine Bélier et José Bové « Les eurodéputés s’opposent à l’autorisation de mise en culture du maïs OGM »

février 11, 2014 at 5:20 Laisser un commentaire

Gaz de schiste : recul inacceptable de la Commission européenne

Aujourd’hui, la Commission européenne rendait sa copie tant attendue sur les hydrocarbures non conventionnels, dont les gaz et huiles de schiste. Alors que le Parlement européen avait exigé en novembre 2012 que la législation européenne soit adaptée à ces ressources fossiles controversées, la Commission européenne a tout simplement renié son engagement de proposer une législation adaptée aux risques de la fracturation hydraulique. Quelle déception à la lecture de ces recommandations !

Crédit photo : JustinWoolford - Creative CommonsOn ne peut qu’être interloqué par la contradiction évidente que représente un tel manquement. Alors que l’ensemble des griefs avancés par les écologistes contre les gaz et huiles de schiste sont listés et approuvés (impact sur les eaux souterraines, sur la disponibilité des ressources en eau, sur la qualité de l’air, sur le climat) et que la Commission européenne reconnaît (plus de deux après qu’une étude des services juridiques du Parlement européen l’ait établi), que la législation européenne est défaillante (étude d’impacts, respect de la directive cadre sur l’eau, de la législation REACH, Natura 2000, sur l’évaluation des risques souterrains, l’intégrité des puits, etc.), aucune proposition législative n’est faite.

De plus, la Commission reconnait l’impact climatique négatif résultant des émissions de méthane et de la combustion d’une énergie fossile ainsi que l’insignifiance de ses avantages en terme de sécurité énergétique et de retombées économiques. Des propositions sérieuses auraient dû inclure des mesures contraignantes comme des évaluations d’impact environnemental obligatoires (y compris pour l’exploration) et des interdictions strictes dans les zones écologiquement sensibles.

Dans le contexte d’urgence climatique et de forte mobilisation citoyenne, l’incapacité de la Commission à proposer une règlementation européenne contraignante n’est pas seulement une preuve de négligence, mais est potentiellement catastrophique. Tous les États membres devraient adopter des mesures d’urgence en mettant en place un moratoire que ce soit sur l’exploration ou sur l’exploitation. L’Europe doit développer de véritables solutions comme les énergies renouvelables et les économies d’énergie plutôt que d’entretenir le mythe du gaz de schiste.

L’heure n’est plus aux constats, établis depuis plus de deux ans par le Parlement européen, l’heure est à l’action! C’est une proposition législative que nous attendions, une proposition de nature à encadrer une activité particulièrement destructrice qui aujourd’hui encore échappe à toutes les règles qui s’appliquent à ces activités.

janvier 23, 2014 at 12:23 Laisser un commentaire


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Facebook

Twitter