Le programme européen LIFE finance la protection du Grand Hamster d’Alsace

Grand Hamster d'ALsace

 

Le programme européen LIFE (L’Instrument Financier pour l’Environnement) va financer à 50% le projet LIFE ALISTER mené par le Conseil régional d’Alsace et qui vise à protéger le Grand Hamster d’Alsace. Cet animal emblématique de la biodiversité alsacienne a en effet vu sa population diminuer de manière dramatique au cours des trente dernières années, en raison notamment d’une fragmentation croissante de son habitat.

Le programme LIFE ALISTER vise à développer de nouvelles approches, notamment sur les plans de l’agriculture  pour préserver cette espèce menacée, et concilier activité humaine et protection de la biodiversité.

Je me réjouis de voir que les fonds européens LIFE, que je me suis battue pour renforcer et étendre lors des débats au Parlement européen, viennent financer un projet aussi important sur le plan de la biodiversité, et donc également économiquement et socialement. Le grand Hamster, outre sa valeur symbolique, est un indcateur de la vitalité des écosystèmes alsaciens, et nous devons tout faire pour le protéger. C’est cette obligation que la Cour de Justice de l’Union européenne rappelait à la France en 2011 lorsqu’elle a jugé les mesures de protection mises en place insuffisantes.

Plus d’informations sur le projet LIFE ALISTER à ce lien: http://www.region-alsace.eu/actualites/2014/05/06/lancement-du-projet-life-alister-2810

Publicités

mai 8, 2014 at 4:15 Laisser un commentaire

Taxe sur les Transactions Financières (TTF): Sandrine Bélier appelle les États à tenir leurs promesses en contrôlant la finance casino

COMMUNIQUE DE PRESSE – 2 mai 2014

La Cour de Justice de l’Union européenne a rejeté, mercredi 30  avril 2014,  le recours britannique contre la Taxe sur les Transaction Financière (TTF) acceptée par 11 pays de l’UE dont la France. Cette taxe porterait sur les actions et les obligations (taxe de 0,1%) et les produits dérivés (0,01%). Les écologistes soutiennent depuis le départ cette taxe, qui sera un instrument de contrôle de la finance mondiale.


Sandrine Bélier, tête de liste Europe Écologie dans le Grand Est, rappelle la nécessité de réguler la finance casino:

Les gouvernements n’ont plus aucune raison d’attendre pour mettre en place la taxe sur les Transactions Financières qu’ils ont promise ! Les écologistes portent ce projet au Parlement européen depuis 2009 et nous continuerons à mettre une pression maximale, en particulier sur la France, pour que les promesses du Bourget soient tenues.

Avec la TTF, nous pouvons faire d’une pierre deux coups: contrôler la spéculation financière, mais aussi dégager 35 milliards d’euros par an qui alimenteront la transition énergétique, la réindustrialisation et la solidarité internationale.

N’oublions pas que la crise économique que nous connaissons a été créée par une finance casino, totalement déconnectée de l’économie réelle, et que la complaisance des gouvernements successifs depuis les années 1980 a alimenté.

Cette complaisance doit cesser, et les gouvernements doivent mettre en place une riposte européenne contre la menace que le lobby bancaire fait peser sur la démocratie et le tissu social européens.”

Vous trouverez plus d’informations sur le travail d’Europe Ecologie sur la TTF en lisant la tribune “Cinq ans de combat des écologistes européens pour la régulation financière” publiée sur Médiapart à l’adresse suivante: http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/080214/cinq-ans-de-combat-des-ecologistes-europeens-pour-la-regulation-financiere

mai 2, 2014 at 8:03 Laisser un commentaire

Alstom: la solution est européenne et elle s’appelle transition énergétique

Tribune de Sandrine Bélier, députée européenne écologiste.

 

Certes, Alstom connaît des difficultés, notamment une capitalisation boursière en baisse, une conjoncture morose, et une absence de marges de manœuvre financières. Mais la situation du groupe est loin d’être aussi mauvaise qu’en 2003: le groupe a réalisé 800 millions d’euros de bénéfices sur 2012/2013 et a d’ores et déjà réalisé des investissements qui pourraient permettre son redressement. Quelle urgence y a-t-il dès lors à démembrer un groupe industriel qui emploie près de 93.000 personnes dans le monde dont 18.000 en France?

Retrouvez le reste de la tribune sur le site Slate.fr

avril 30, 2014 at 12:42 Laisser un commentaire

Européennes 2014, un mois pour convaincre et partager notre projet!

Aux adhérent-es, coopérateurs-trices, sympathisant-es d’Europe Ecologie Grand EstPHOa9d30530-ca2f-11e3-8cf1-a14004dae135-805x520

A mes colistières et colistiers,

A tous les écologistes,

 

Cher-e-s ami-e-s,

La première enquête d’opinion réalisée sur le Grand Est a été rendue publique par l’Ifop et le Figaro. Ce n’est qu’un sondage, mais les chiffres confirment des tendances déjà observées aux municipales. Avec 26 % des intentions de vote la liste du Front National devance de 2 points celle de l’UMP. Le Parti Socialiste est loin derrière à 15,5 %. La liste que je conduis pour Europe Ecologie arrive en 4e position avec 12,5%…

Malgré ces premiers résultats plutôt encourageants pour les écologistes, nous ne saurions nous réjouir de ces premières tendances. Les intentions de vote pour l’extrême-droite doivent nous interpeller à plusieurs titres. Sur le rejet de la politique traditionnelle, sur le rejet de l’Europe et de l’ouverture au monde, sur l’inquiétude, la souffrance sociale, la désespérance et la colère froide qui s’expriment au fond des urnes…

Pour les écologistes, la crise n’est pas une fatalité. Pas plus que ne le sont le pouvoir des lobbies et des multinationales ou la dérive technocratique des institutions européennes… Les solutions existent et sont connues : elles passent par la construction d’une Europe plus proche des citoyens et des territoires, par l’engagement sur la voie de la transition écologique et énergétique, par la protection de la santé de nos concitoyens et la préservation de notre environnement…

La solution n’est pas dans le repli sur soi ni dans la concurrence de tous contre tous, mais dans le dépassement des égoïsmes nationaux et dans la construction de nouvelles coopérations environnementales, sociales, industrielles et culturelles…

Nous avons aujourd’hui une responsabilité particulière.

Celle de redonner confiance à nos concitoyens.

Confiance dans l’Europe et dans la politique.

Nous n’avons pas le droit à l’erreur.

Dans les jours et les semaines qui viennent, nous allons devoir reprendre notre bâton de pèlerin et partout où nous serons, chacun à notre niveau, expliquer et expliquer encore qu’il y a un vote positif, un vote d’espoir, un vote d’avenir et un seul, le vote écologiste. Et que ce vote est le seul aujourd’hui à même de nous permettre de sortir de la crise sans jouer la politique du pire…

Les élections européennes auront lieu le 25 mai, il nous reste désormais un mois pour convaincre.

Je compte sur chacune et chacun d’entre vous et vous savez que vous pouvez compter sur moi.

Sandrine Bélier, Strasbourg, le 24 avril 2014

avril 25, 2014 at 9:41 Laisser un commentaire

Signature du Règlement européen de mise en oeuvre du Protocole de Nagoya

Martin SCHULZ - EP President, Dimitris KOURKOULAS Deputy Minister of Foreign Affairs, Sandrine BELIER, Matthias GROOTE

Le Président du Parlement européen Martin Schulz a signé le règlement européen de ratification et de mise en oeuvre du Protocole de Nagoya, dont j’ai été la rapporteure principale. La cérémonie s’est tenue à Strasbourg en présence de la Présidence Grecque du Conseil ainsi que du président de la Commission Environnement du Parlement, Matthias Groote.

 

La signature de ce règlement conclut un travail de deux ans pour doter l’Union européenne de son premier outil en faveur de la biodiversité depuis 1992 et d’un mécanisme de lutte contre la biopiraterie.

Pour plus d’informations sur ce Règlement, vous pouvez retrouver l’ensemble de mes article ssur le sujet à ce lien.

avril 16, 2014 at 4:00 2 commentaires

L’UE adopte une stratégie de réduction de la consommation des sacs en plastique

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Strasbourg, 16 avril 2014
 
 
Par un vote du Parlement européen, l’Union européenne vient de se doter d’une stratégie de réduction progressive de la consommation de sacs plastiques légers. Ce texte prévoit notamment une réduction de 80% du nombre de sacs plastiques en 5 ans, et une facturation obligatoire de ces sacs dans le secteur alimentaire.
 
Sandrine Bélier, eurodéputée écologiste du grand Est, réagit à ce vote:
 
« L’Union européenne se saisit enfin du problème des sacs plastiques légers qui sont une source majeure de pollution, notamment dans les rivières et les mers.
 
Alors que chaque Européen consomme encore en moyenne 200 sacs plastiques légers par an, nous avons fixé un cap clair: réduire cette consommation de  80% en 5 ans. De plus, les pays qui souhaiteront interdire totalement les sacs plastiques légers seront autorisés à le faire.
 
En obligeant le secteur alimentaire à facturer les sacs plastiques, nous avons adopté une stratégie qui a déjà fait ses preuves, notamment en Irlande où une taxe de 15 centimes sur chaque sac plastique a permis d’en réduire la consommation de près de 90% en un an !
 
Je regrette néanmoins que les secteurs non alimentaires ne soient pas couverts par cette obligation: un sac plastique non réutilisable est un déchet inutile, quel que soit le secteur dans lequel il est utilisé.
 
Cette nouvelle directive n’en reste pas moins une victoire pour l’environnement et la santé des Européens. Les sacs biodégradables et compostables seront favorisés tandis que ceux dits « oxo-biodégradables », qui ne font en réalité que se fragmenter dans la nature, seront éliminés. Enfin, les substances dangereuses qui rentrent dans la composition des sacs seront supprimées.
 
Cette victoire ne doit pas nous faire oublier de revoir l’ensemble de notre stratégie par rapport aux déchets. Favoriser les matériaux éco-sourcés et biodégradables est une avancée réelle, mais le seul déchet qui ne pollue pas est celui qui n’est pas produit. Nous devons donc mettre l’accent sur la prévention et la réutilisation. »

 

avril 16, 2014 at 2:10 Laisser un commentaire

L’UE se dote enfin des moyens de lutter contre les espèces exotiques envahissantes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Strasbourg, 16 avril 2014
 
 
Le Parlement européen a approuvé aujourd’hui un projet de règlement visant à contrôler les espèces exotiques envahissantes dans l’Union européenne. Il s’agit d’espèces naturelles, végétales ou animales, initialement non-endémiques au territoire de l’Union mais qui y ont été importées, volontairement ou non, et causent des dégâts environnementaux, sanitaires et économiques souvent considérables.
 
Sandrine Bélier, députée européenne écologiste du Grand Est, se félicite de ce vote:
 
« Je me réjouis que le Parlement européen ait adopté ce texte important. Avec un coût économique estimé à 12 milliards d’euros par an, des problèmes sanitaires importants et des écosystèmes fragilisés, l’Union européenne ne pouvait plus fermer les yeux sur la menace que représentent aujourd’hui les espèces exotiques envahissantes.
 
Il était important de bâtir une approche européenne sur les espèces exotiques envahissantes car celles-ci se répandent souvent sur plusieurs pays. Grâce à ce texte, c’est chose faite: nous pourrons lutter contre l’introduction de nouvelles espèces dangereuses sur le territoire de l’Union. Les États devront aussi établir des plans de gestion pour celles qui ont déjà été introduites.
 
Je me félicite que les dérogations demandées par certains États et certains lobbys, notamment du vison, aient été considérablement limitées car cela aurait nui à l’efficacité de la lutte contre les espèces exotiques envahissantes en Europe.
 
Le principe pollueur-payeur s’appliquera enfin pour les espèces envahissantes car tout opérateur qui introduira une espèce interdite s’exposera à des sanctions. C’est une bonne nouvelle pour les secteurs économiques, notamment l’agriculture, l’aquaculture et l’apiculture, qui souffrent des dégâts causés par certaines de ces espèces ».

 

avril 16, 2014 at 2:00 Laisser un commentaire

Articles précédents Articles Plus Récents


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Twitter