« La jeune verte erre » Portrait Journal Libération post 25 mai 2014

août 6, 2014 at 9:29 3 commentaires

Libé 060814« La jeune vert erre ». Un jeu de mot « intelligent » et « cultivé » dans le journal « Liberation » de l’été. Goethe et « Les souffrances du jeune Werther » (référence la plus juste et la plus facile pour l’Alsacienne d’adoption que je suis), de mon côté j’ai choisi l’option d’y voir et de pouvoir conjuguer le verbe « Verterer » en latin  : « changer, transformer, rendre différent »… Ce jeu de mot (juste et fin en référence à Goethe) m’a interrogé tout au long de la journée. C’est vrai, la douleur du désamour et rejet électoral ont été cruels et réels comme lors de la rupture d’une relation amoureuse dans laquelle on est engagée entièrement et sincèrement. Mais et au delà de l’amour, il y a la raison et la réalité.  Je choisis par raison et par amour de la vie de conjuguer un verbe, celui de la transformation de la pratique politique, de l’engagement, de la responsabilité.  Je choisis, avec raison, de privilégier le changement que je souhaite voir s’opérer autour de moi…

Sous le pseudo PunBay, il ou elle publie sur ma page FaceBook un extrait  de « Les Souffrances du jeune Werther, de Goethe, Pléiade, pp 10-11″ que je partage avec vous:  » La vie humaine est un songe ; d’autres l’ont dit avant moi, mais cette idée me suit partout. Quand je considère les bornes étroites dans lesquelles sont circonscrites les facultés de l’homme, son activité et son intelligence ; quand je vois que nous épuisons toutes nos forces à satisfaire des besoins, et que ces besoins ne tendent qu’à prolonger notre misérable existence ; que notre tranquillité sur certaines questions qui nous tenaient à cœur n’est qu’une rêverie résignée, semblable à celle de prisonniers qui auraient couvert de peintures variées et de riantes perspectives les murs de leur cachot ; tout cela, mon ami, me rend muet. Je rentre en moi-même, et j’y trouve un monde, mais plutôt en pressentiments et en sombres désirs qu’en réalités et en action ; et alors tout vacille devant moi, et je souris, et je m’enfonce plus avant dans l’univers en rêvant toujours. Que chez les enfants tout soit irréflexion, c’est ce que tous nos doctes pédagogues et gouverneurs ne cessent de répéter. Mais que les hommes faits soient de grands enfants qui, d’un pas mal assuré, errent sur ce globe, sans savoir non plus d’où ils viennent et où ils vont ; qu’ils n’aient point de but plus certain dans leurs actions, et qu’on les gouverne de même avec du biscuit, des gâteaux et des verges, c’est ce que personne ne voudra croire ; et, à mon avis, il n’est point de vérité plus palpable. »

… ne pas renoncer à ses rêves, ne pas céder à la facilité ni à la fatalité, accepter l’échec comme une opportunité de nouveaux horizons, l’opportunité de se réinterroger, de se réinvestir, de transformer, de se retourner, de changer… Je décide d’être un « verbe » en action aujourd’hui et demain plus qu’un personnage de pléiade d’hier.

 

Publicités

Entry filed under: Uncategorized.

Fin de mandat avec France3 et le journal l’Alsace

3 commentaires Add your own

  • 1. allou.ba63@yahoo.fr  |  août 6, 2014 à 9:46

    Merci
    J’ai beaucoup aime cet article.
    Pensez-vous qu’ il soit possible de rencontrer sandrine Bélier ?
    Merci d’avance
    Bonne soirée

    Ce message a été envoyé depuis un terminal BlackBerry de Bouygues Telecom

    Réponse
  • 2. Michel BARBEAU  |  août 6, 2014 à 10:08

    Bonsoir Sandrine,

    Je comprends, un peu, votre situation, ce vide et le besoin de la combler. De retrouver une activité, des projets multiples, engageant et prenant. J’ai été à un niveau bien moindre candidat de fond de liste aux dernières municipales. Je ne connaissais rien à la politique plus part rejet de ces clivages et de ces débats et invectives ridicules dont nous gratifient les ‘anciens’ politiques. Ainsi, part la simple application de la calculette préfectorale, je n’ai pas été élu. Parallèlement, toute la dynamique que j’avais insufflé durant la campagne : réseaux sociaux, numérique, transparence, partage, ouverture des données, replacer le citoyen au cœur des préoccupation des municipalités et des EPCI, c’est retrouvé balayé et rejeté en blog : « on fait ainsi depuis 1977 ce n’est pas toi/moi qui va nous apprendre notre job ».

    Frustré et en colère, je me suis formé et informé et je me suis engagement dans la promotion de la démocratie participative, seul dans mon coin, sans soutien politique des mouvements historiques.

    Je me suis rapproche des Verts de la région Centre où je suis (Bourges) mais j’ai constaté qu’il s’agissait d’une bande de charlots qui jouaient aux petits politicards locaux, sans aucun pouvoir.

    Au européenne, je me suis rapproché de la tête de liste région centre massif-central Clarisse Heusquin mais sans écho.

    Je suis convaincu qu’une démarche écologique associée à la mise en œuvre de la Démocratie Participative nous ferait repartir sur de bonnes bases pour proposer un autre visage de la politique et un avenir aux français.

    Je vous ai déjà écrit sur votre blog, mais sans succès. J’ai repris un peu confiance en voyant EELV (même ce ce n’est qu’un élu sur 49) à la Rochelle dans une ville démocratie participative,

    Cordialement, Michel BARBEAU 06.78.96.15.33 ttp://www.stflorent18400.com

    From my iPad2

    >

    Réponse
  • 3. Sibold Marie  |  août 7, 2014 à 8:38

    A quoi les électeurs ont-ils mis fin en donnant leur bulletin à un autre ou en en ne le donnant à personne ?
    A ton travail personnel, à ton action, à toi Sandrine Bélier, députée européenne, au travail de Patricia qui dans l’ombre t’a sans doute soutenue de sa formidable puissance de travail et au travail de tes autres collaborateurs que je ne connais pas ?
    Ou à un désenchantement de la politique (voire un écoeurement) menée par un gouvernement français annoncé de gauche auxquels s’est associée une partie d’EELV, sans s’en dissocier à temps, éclaboussant tous les écologistes par cette alliance coupable et de dupe ?
    Creux de la vague après cette énergie mise au service de l’écologie, de la vie, de nos libertés, de l’égalité, du respect… pendant toutes ces années.
    Une goutte d’eau dans l’océan des voix du parlement européen. Et des intérêts financiers destructeurs mondiaux.
    Mais un engagement qui abreuve tant d’inconnus qui n’oublient pas.
    Une goutte d’eau qui a abreuvé un viticulteur malmené pour le même choix que toi, Sandrine, (et les associations qui le soutenaient également) celui du respect de la vie .
    Une goutte d’eau qui a abreuvé toutes ces abeilles, syrphes, papillons, mouches, vers de terre,…. qui naissent, grandissent et vivent de cette vigne et dans sa terre.
    Une goutte d’eau ui a permis de continuer à abreuver combien de carabes, de grenouilles, d’orvets, de mésanges huppées par la prise de conscience auprès du public de la nocivité des produits chimiques de synthèses et la nécessité de laisser vivre des jardins semi-sauvages. Tu as contribué à cette connaissance, Sandrine. Une goutte d’eau qui a contribué à laisser fleurir combien de vipérines, d’orties dioïques, de bugles rampants, de bryone dioïques…
    Continue à nous envoyer des nouvelles de ton travail et à soutenir la vie, Sandrine, elle en vaut toujours le coup et toi aussi.
    Viens prendre un petit bol d’air vosgien ici http://loeilquicourt.over-blog.fr/article-entre-foret-et-vergers-un-jardin-naturel-dans-les-vosges-du-nord-124281219.html
    Tu le sais la terre est magnifique mais elle est très dure aussi. La vie c’est une lutte. Ne te laisse pas manger. Nous avons besoin de toi. La vie a besoin de toi.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Twitter


%d blogueurs aiment cette page :