La préservation de la ressource en eau doit devenir une priorité

avril 27, 2012 at 8:56 Laisser un commentaire

Pollution, sécheresse, gaspillage, de nombreux facteurs mettent en péril la ressource en eau dans l’Union européenne, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. L’Union européenne s’est dotée depuis déjà plusieurs années d’instruments législatifs pour préserver cette ressource. Mais les Etats Membres peinent à mettre pleinement en oeuvre les textes existants et de nombreux défis subsistent.

Mercredi 25 avril, la commission de l’environnement du Parlement européen étudiait le projet de rapport d’initiative de l’eurodéputé autrichien Seeber sur la mise en œuvre de la législation de l’Union européenne relative à l’eau avant l’adoption d’une approche générale nécessaire pour relever les défis qui se présentent à l’Europe dans le domaine de l’eau.

Ce rapport s’inscrit notamment dans le cadre d’une réflexion lancée par la Commission européenne, la « Blueprint ». Il s’agit d’une initiative pour la sauvegarde des eaux européennes afin d’évaluer la mise en œuvre et les résultats de la politique actuelle de l’UE en matière d’eau. L’objectif étant d’apporter une réponse à l’horizon 2020 et, au-delà, jusqu’en 2050.

Si le rapport présenté constitue un bon document de travail, de nombreux points méritent encore d’y être pleinement intégrés pour arriver à l’objectif fixé par la Directive Cadre sur l’Eau, c’est à dire atteindre un bon état écologique des eaux à l’horizon 2015. C’est pourquoi, à travers les amendements que nous avons déposés avec mon collègue Nikos Chrysogelos, je souhaite attirer l’attention sur quelques points qui me semblent primordiaux.

Premièrement, je crois que le principe selon lequel l’eau est un bien commun et ne devrait donc pas être source de profit est un élément primordial qui ne devrait pas être oublié. En parallèle une approche intégrée est nécessaire pour que tous les secteurs intègrent des critères de gestion soutenable de la ressource en eau. Le rapport évoque cette priorité mais l’accent devrait être beaucoup plus centré sur les problèmes en lien avec les secteurs de l’agriculture, de l’énergie et du transport.
De plus, il est nécessaire de mener dès à présent une réflexion pour réformer les subventions néfastes à la ressource en eau et aboutir progressivement à leur suppression, sans quoi la politique européenne de l’eau se heurtera encore et toujours aux mêmes obstacles.

Concernant l’énergie, le secteur le plus consommateur d’eau, il ne faudrait pas négliger les dangers pour la ressource en eau qu’impliqueront une possible exploitation des gaz de schiste au niveau européen. Pour l’agriculture, l’adoption de nouvelles pratiques impliquant par exemple une plus faible utilisation de pesticides et d’engrais azotés, devrait être mise en avant, pour éviter des phénomènes comme la prolifération des algues vertes sur les côtes européennes. Enfin, une meilleure gestion de cette ressource passera également par l’adoption, toujours repoussée, d’une directive-cadre sur les sols.

Advertisements

Entry filed under: Uncategorized.

Gaz de schiste : la mobilisation citoyenne trouve un écho au Parlement européen Je n’ai pas peur et le 6 mai je vote pour le changement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Facebook

Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.


%d blogueurs aiment cette page :