AEDD, dépêche 12619 du 17/01/12 : Rio+20 « s’annonce déconnecté des crises et enjeux du moment »

janvier 20, 2012 at 5:00 Laisser un commentaire

« La conférence à venir s’annonce à l’écart des attentes de la société civile et déconnectée des crises et enjeux du moment. Si ce n’est pas une conférence d’engagement, elle doit au moins être philosophique mais la vision portée est trop faible pour le virage énorme à prendre », déplore Vaia Tuuhia, déléguée générale de l’association 4D et coordinatrice du Collectif Rio+20, vendredi 13 janvier 2012. Elle commente pour AEDD le draft zero du document de négociation de la conférence des Nations unies sur le développement durable intitulée Rio+20, publié le 10 janvier (AEDD n°12566 et AEDD n°12599). Le sommet international aura lieu à Rio de Janeiro (Brésil) du 20 au 22 juin prochains.

« Ne connaissant pas la méthodologie pour rédiger le draft, on ne peut pas savoir s’il est représentatif des propositions qui ont été envoyées. Le document reflète ce que l’on avait déjà ressenti pendant les réunions de préparation : il est faible, il ne fait pas preuve de responsabilité, et ne contient rien de nouveau à part les objectifs de développement durable », poursuit-elle. « On est dans les commémorations du Sommet de la Terre de 1992, voire dans le ‘business as usual’. »

« REGRETTABLE QUE LE PLAN D’ACTION SOIT À HORIZON 2030 »

Pour Vaia Tuuhia, cela montre « la frilosité des États à s’engager dans un futur commun ». « Le texte conditionne tout aux contextes nationaux et ne reconnaît pas la fin de ressources naturelles », remarque-t-elle. « Un aspect positif est le raccrochage de tous les secteurs sous le chapeau du développement durable, cela donne une approche intégrée. »

« Il y a aussi un gros manque de démocratie au sens large », dénonce la coordinatrice du Collectif Rio+20. « La société civile devrait être réellement intégrée à la discussion plutôt que d’avoir quelques minutes de temps de parole quand il en reste à la fin des réunions. Au Sommet de Porto Alegre [Forum social mondial consacré à la préparation de Rio+20, organisé du 24 au 29 janvier], il y aura treize groupes thématiques et des plateformes de dialogues sur internet pour pouvoir impliquer tout le monde dans les sujets. »

DÉFINITION DE L’ÉCONOMIE VERTE « ASSEZ PROCHE DE LA VISION EUROPÉENNE »

« Il est regrettable que le plan d’action soit à horizon 2030. Dans la dynamique des stratégies, notamment européenne, il aurait été plus logique de viser 2022, soit le prochain Sommet de la Terre », réagit auprès d’AEDD Sandrine Bélier, députée européenne (Les Verts/Alliance libre européenne), rapporteure de la résolution du Parlement européen.

« Ce draft zéro est assez complet et couvre beaucoup de questions. Mais il y a beaucoup de déclarations d’intention et peu d’actions concrètes. Par ailleurs, je trouve le préambule trop positif. La réalité est bien plus cruelle en matière d’enjeux environnementaux », souligne-t-elle.

« Concernant l’économie verte, je suis assez rassurée », commente Sandrine Bélier. « Le draft donne une définition assez proche de la vision européenne, c’est-à-dire l’économie dans le respect de la planète et en ayant conscience des ressources limitées. À ce stade, l’objectif est de cadrer la définition de l’économie verte, pour que ce ne soit pas seulement une promotion des biotechnologies sans limite. » Pour l’eurodéputée, « cette déclaration n’est pas tellement innovante mais faite au niveau international elle peut impulser un changement ». « Dans le draft, on retrouve la reconnaissance des limites du PIB et la bioconditionnalité qui propose de réorienter les aides publiques vers des actions non néfastes. »

DÉCEPTION SUR LA QUESTION DE LA GOUVERNANCE

L’ancienne directrice fédérale de FNE (France nature environnement) se dit en revanche « déçue » sur la question de la gouvernance. « L’idée de renforcer la participation de la société civile ne ressort pas. Le document évoque seulement le développement de l’accès à l’information. Il aurait pu envisager une modification du Conseil économique et social pour introduire de nouveaux acteurs », souligne-t-elle. « L’option de la création d’une OME (Organisation mondiale de l’environnement) est ouverte, mais celle du renforcement du Pnue aussi. Il n’y a pas de parti pris. On aurait pu s’attendre à une innovation et un engagement plus affirmé. »

« Le fait d’avoir mis l’accent sur des politiques sectorielles est assez novateur », estime Sandrine Bélier. « Mais je regrette qu’il y ait peu de réponses concrètes. » « La résolution du Parlement européen avait appelé à de nouveaux processus de négociations en parallèle de celui sur la biodiversité et celui sur le climat. Par exemple, dans le secteur maritime, il faudrait une convention qui redéfinisse la protection des eaux internationales contre la pollution », illustre-t-elle.

Autre manque, selon elle : « La proposition par le Parlement européen de créer un statut symbolique de réfugié de l’environnement n’a pas été reprise. »

Intervention de Sandrine Bélier en Plénière en septembre 2011 : Rio+20 en plénière au Parlement européen

STRUCTURE MULTI-PARTIES PRENANTES SUR LES TERRITOIRES

« Le draft est complet et intéressant. Le texte est moins ambitieux que celui de Rio de 1992, mais à l’époque on partait de rien », avance Gilles Berhault, président du Comité 21, qui a lancé le Club France Rio+20, composé à la fois d’élus territoriaux, de responsables d’entreprises et de dirigeants associatifs. Parmi les points positifs, il cite « la conditionnalité des aides aux démarches de développement durable, le côté multi-acteurs avec notamment la création d’une structure multi-parties prenantes sur les territoires, et l’affirmation de l’utilité des agendas 21 ». Parmi les points négatifs, l’approche « top down » : « On parle beaucoup de participation, du niveau local, mais ce que le draft propose reste très classique dans la structure, où tout vient du haut. » « La question de l’OME reste très ouverte. Je me réjouis qu’il soit clairement affiché que le Pnue ne suffit pas aux enjeux », ajoute Gilles Berhault, qui se dit plutôt optimiste sur la portée de Rio+20.

Advertisements

Entry filed under: Uncategorized.

Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO): le gouvernement s’obstine à faire fausse route! Sommet Rio+20 : « Le futur que nous voulons » ? Un futur écologiste !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Facebook

Twitter


%d blogueurs aiment cette page :