Live from Nagoya #Week2 D2: biodiversité marine : L’UE au cœur de la négociation

octobre 27, 2010 at 11:58 Laisser un commentaire

Les négociations semblent tourner en rond, les textes avancent doucement…

Biodiversité marine : un enjeu clé et sensible, pour la Présidence japonaise ?

L’état alarmant de nos océans est bien sûr au coeur des négociations de ce Sommet. Surpêche, activités agricoles et pollution, changement climatique et acidification des océans, espèces invasives sont autant de causes de perte de notre biodiversité marine. Juste deux chiffres : rien que pour l’Union Européenne, 88% des stocks de poissons sont en surpêche alors qu’actuellement les espaces marins protégés représentent moins de 10% du territoire. A l’échelle mondiale, seul 0,5% des eaux profondes font l’objet de mesures de protection. Les espaces marins, réservoir d’une biodiversité vitale ont été jusqu’à présent particulièrement négligés, presque tout est à mettre en oeuvre et le plus tôt possible. C’est le message que j’ai voulu faire passer aujourd’hui lors du forum que j’ai eu l’honneur de co-présider avec Yoshino Masayoshi (GLOBE Japon) devant les représentants des parlements du monde, réunis pour discuter d’une possible stratégie de rétablissement des écosystèmes marins, nouvelles politiques de pêche et protection des massifs coralliens.

J’ai réaffirmé les mesures que l’UE, par la voix de son parlement, s’est engagée à prendre dans le cadre de la réforme de la politique commune de la pêche et de son réseau d’aires protégées. Dans sa résolution, le Parlement européen a d’ailleurs appelé la communauté internationale à agir pour la protection de nos mers : cela suppose notamment l’adoption d’un statut de protection des mers et un régime de protection des eaux internationales en haute mer et eaux profondes. A Nagoya, cette disposition est bloquée principalement par le Brésil et le Mexique (que j’ai aimablement interpellés) pour ne pas se priver de potentiels nouveaux forages pétroliers…

Les discussions ont également fait écho aux échanges avec M. Naoto Kan – Premier Ministre – et M. Shoichi Kondo – Vice Ministre de l’Environnement du Japon – plus tôt au Forum. Interrogé sur la question de l’utilisation des ressources halieutiques au Japon, M. Kondo a confirmé que le Japon est un Etat pêcheur et que les poissons sont importants dans la vie alimentaire et culturelle des Japonais. Il a souligné l’importance de l’importation et la nécessité d’avoir une pêche durable en imposant des limites comme l’interdiction de pêcher des «poissons de petite taille».

Mais celui ci a botté en touche suite aux interpellations sur la position du Japon quant à la chasse à la baleine et au dauphin et à son refus d’inscrire le thon rouge à l’annexe I de la CITES (espèces menacées d’extinction et dont le commerce international est interdit, sauf exceptions dans des conditions exceptionnelles comme la recherche scientifique). «C’est important et c’est un problème, mais c’est une question culturelle (…) je ne peux pas répondre à votre question», sont ses mots.

(…)

L’Union Européenne au cœur des négociations

Le rôle de l’Union européenne n’a jamais été aussi important et reconnu dans une négociation internationale. L’UE post-Lisbonne, qui négocie pour 27 Etats, et l’absence des Etats-Unis à la négociation font d’elle le leader des discussions. Sa responsabilité n’en est que plus grande. Le changement de statut se ressent. La résolution pour Nagoya du Parlement Européen, plus ambitieuse que celle du Conseil, est connue des autres parties à la négociation et nous sommes particulièrement sollicités pour faire entendre nos positions (notamment sur le protocole ABS).

Aujourd’hui, nous avons été à plusieurs reprises interrogés sur la position de l’Union européenne. Qui négocie? Quel est le rôle de la Commission, du Parlement, des 27 Etats réunis au sein du Conseil? Tout ça n’est pas encore bien clair dans l’esprit des Etats parties à la négociation. Aujourd’hui, en tant que parlementaires européens nous avons été interpellés sur la position portée par la Commission européenne mandatée pour les négociations sur le protocole d’Accès aux ressources génétiques et partage des avantages (ABS). Pourquoi la Commission européenne négocie en deçà de la résolution du Parlement européen?

La Commission céderait-elle aux sirènes de l’accord à tout prix, à n’importe quel prix, participant ainsi à la grande braderie des objectifs d’une nouvelle stratégie plus opérationnelle que la précédente? Ou, comme elle l’affirme, reste t-elle strictement dans le mandat que le Conseil lui a donné, un mandat sans aucune possibilité de flexibilité – sinon vers le moins disant et le moins engageant?

On nous rapporte et on nous dit que l’UE est active et leader sur le Plan Stratégique, mais source de blocage concernant le Protocole ABS. Si la Commission européenne défend l’adoption d’un protocole, sa démarche fait l’effet, sous couvert de bonnes intentions, de ne viser qu’à défendre ses entreprises privées face à une crainte majeure : la possible conclusion d’un accord G77+ dont elle serait exclue. Elle semble vouloir restreindre au maximum le champ d’application du protocole :
– dans le temps, en refusant toute application rétroactive (à partir de 1992)
– pour les produits concernés, en limitant l’accord aux produits dérivés de l’ADN (excluant ainsi les substances chimiques dans les cellules);
– pour les garanties d’application et de respect de la législation, en s’opposant à l’instauration d’institutions de contrôle dans le pays hôte.

Quant au 3ème enjeu principal de ces négociations – le financement, la position de l’UE (Conseil et Commission) est cette fois beaucoup plus tranchée : Pas maintenant! Absolument rien de concret ne sort des négociations sur la Stratégie de mobilisation de ressources. Les Parties débattent de la définition d’un potentiel processus qui pourrait aboutir en 2012… Alors qu’il est nécessaire, dès demain de mobiliser 15 milliards d’euros par an pour protéger la biodiversité terrestre et côtière. Il suffit d’un engagement de 1% du budget national des pays de l’OCDE pour des mesures nationales de protection de la biodiversité et de 0,3% de PIB pour aider les pays en développement à protéger leur capital naturel… De tels engagements marqueraient une vraie volonté politique de lutte contre la perte de la biodiversité et permettraient la mise en œuvre immédiate des objectifs de lutte contre l’érosion de nos ressources naturelles.

Alors mi–figue, mi-raisin… L’Union européenne est bien au cœur de cette négociation – mais aussi jugée responsable du blocage des négociations sur le protocole ABS. Cela pourrait lui valoir de recevoir le «DoDo* Bird Award», qui sera remis par les ONG à la fin de la négociation aux pays qui aura le plus bloqué le processus de négociations empêchant ainsi tout progrès pour la biodiversité et contribuant au taux alarmant de disparition des espèces. Aujourd’hui l’UE et le Canada sont nominés… Pas les Etats-Unis qui ne sont pas encore Partie à la CDB. Ils sont présents en tant qu’observateurs, et connus pour être «le fantôme le plus influent des négociations»! Il se dit aussi qu’en fonction de l’issue de la négociation sur le protocole ABS, ils pourraient devenir Partie à la Convention.

L’arrivée des ministres demain est maintenant attendue. Espérons que ceux-ci aient les mandats nécessaires à lever les blocages actuels. Je suis curieuse de découvrir l’attitude et la position des Etats de l’Union européenne et leur capacité à rester coordonnés pour ne parler que d’une seule voix par le biais de la Commission ou de la Présidence du Conseil.

* Le Dodo est un oiseau qui vivait sur l’île Maurice et qui fut chassé jusqu’à extinction totale, à la fin des années 1960.

Advertisements

Entry filed under: embeded. Tags: , , .

Sommet onusien sur la biodiversité (COP10): Des contributions financières volontaires, encore un effort Sommet onusien de la biodiversité (COP10) : La France s’engage – bravo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.


%d blogueurs aiment cette page :