Qui devrait avoir le droit de pêcher et comment?

septembre 2, 2010 at 1:56 1 commentaire

Le groupe des écologistes européens a aujourd’hui organisé une conférence au Parlement européen sur un thème majeur et extrêmement d’actualité : le droit de pêcher. Avec les problèmes cumulés de la surpêche, des pollutions, des catastrophes pétrolières, du changement climatique et de l’acidification des océans, l’état de la biodiversité des mers et des océans est dans un état alarmant.

Cette conférence visait donc à montrer que le droit d’exploiter les ressources marines – bien public par excellence – devrait être alloué selon des critères qui assurent que la pêche contribue le plus possible à l’intérêt général. On ne peut plus se permettre à l’heure actuelle d’accepter que 88% des stocks de poissons soient en surpêche dans l’Union européenne! Les Ecologistes européens sont convaincus que le droit de pêcher devrait être basé sur d’autres critères, plus spécifiquement sur les aspects environnementaux et sociaux de la pêche. Les pêcheurs devraient démontrer que leurs activités de pêche n’endommagent pas l’environnement et contribuent de façon significative à la vie des communautés côtières. Ces critères pourraient inclure :

· La contribution à l’économie locale: les activités de pêche devraient bénéficier de façon probante aux communautés côtières, par exemple en y basant les activités des navires (équipages, approvisionnement, etc) ou en débarquant les prises localement;

· La sélectivité des engins et pratiques de pêche: les engins et pratiques de pêche devraient minimiser les prises et rejets de poissons sous taille ou d’espèces à basse valeur commerciale;

· L’impact sur les fonds marins et les habitats: certaines pratiques de pêche infligent de sérieux et inacceptables dégâts aux fonds marins et aux espèces et habitats qui s’y trouvent. De telles pratiques devraient être limitées à des zones où des niveaux de destruction ne peuvent se produire;

· La consommation de carburant et émissions de CO2: certaines pratiques de pêche sont très énergivores, consommant d’énormes quantités de carburant eu égard aux prises et générant de significatives émissions de gaz à effet de serre. La préférence devrait être accordée aux navires qui consomment relativement peu de carburant pour une quantité donnée de prises;

· La qualité du poisson: le poisson qui n’est pas endommagé pendant la pêche ou qui est débarqué très frais a une plus haute valeur commerciale. Une telle approche – «pêcher moins, gagner plus» – devrait être prioritaire;

· Emploi: les technologies modernes ont rendu la pêche très efficace mais ont aussi mené à une réduction de l’emploi. Les pratiques de pêche générant plus d’emploi pour une quantité donnée de prises et des systèmes de répartition des bénéfices plus équitables devraient être favorisés;

· Pêcher de façon légale: les pêcheurs qui enfreignent les règles devraient voir leurs opportunités de pêche réduites et, s’ils persistent, voir leur droit de pêche retiré;

· Pêcher pour la consommation humaine: certaines espèces peuvent être vendues pour la consommation humaine ou pour la fabrication de farine ou d’huile. L’accès préférentiel à ces stocks devrait toujours être accordé aux pêcheries pour la consommation humaine directe.

En février, le Parlement s’est clairement positionné pour que l’attribution des quotas et des droits de pêche ne se base plus uniquement sur le critère des «captures historiques» (captures précédemment effectuées par les pays), mais sur des critères environnementaux et sociaux, qui prendraient en compte le taux de rejets en mer, les nuisances pour l’habitat marin et la contribution à l’économie locale et à l’emploi. Nous avons également demandé à la Commission d’améliorer l’information aux consommateurs sur l’origine et la qualité des produits. Dans ce but, nous proposons de mettre sur pied «un programme spécifique d’étiquetage et de labellisation écologique». Le Groupe des Ecologistes européens continue son travail pour que la réforme de la Politique Commune de la Pêche aboutisse à une meilleure prise en compte de la biodiversité et des aspects sociaux liés à la pêche.

Crédits photo: Osbern

Advertisements

Entry filed under: événement. Tags: , , .

«Nous devons éviter un simple ravalement de façade des Verts» ACTA: Le texte de Washington DC en ligne

Un commentaire Add your own

  • 1. stanescu  |  septembre 3, 2010 à 10:36

    comment faut-il stopper les maffia des mers?

    STOP a la pêche penfdant 5 ans avec moratoire! et manger autre chose fichez leur la paix! on peut toujors rêver, mais le peuple des mandibules et de l’argent est très avide!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Twitter


%d blogueurs aiment cette page :