Accord sur l’IPBES: La biodiversité enfin prise au sérieux!

juin 11, 2010 at 5:23 2 commentaires

Aujourd’hui vendredi, après de longues négociations, près de 90 délégués gouvernementaux réunis à Busan (Corée) sous l’égide de l’ONU ont donné leur feu vert à la création d’une Plate-forme scientifique intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). Pensée sur le modèle du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), l’IPBES devra encore, avant de pouvoir entrer en vigueur en février 2011 lors de la rencontre interministérielle du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), être définitivement adoptée lors de l’assemblée générale des Nations Unies en septembre prochain à New York.

L’accord obtenu aujourd’hui est une excellente nouvelle et montre qu’en cette année internationale de la biodiversité les esprits commencent enfin à évoluer. L’IPBES est le lien manquant entre la connaissance scientifique et la prise de décision politique et répond à une demande de longue date des chercheurs et des écologistes. Avec l’IPBES il est permis d’imaginer que les Etats – données scientifiques à l’appui – prendront enfin conscience que la réussite de notre modèle de développement est interdépendant de notre relation à l’environnement et que la préservation de la biodiversité et des écosystèmes doit être une priorité.

Publicités

Entry filed under: Communiqués. Tags: .

Polyhandicapé, le jeune Ardi Vrenezi doit revenir en France pour être soigné Immigration: Retour sur la manifestation de soutien à Ardi

2 commentaires Add your own

  • 1. pierre s  |  juin 11, 2010 à 9:16

    Il serait grand temps que l’ONU réalise qu’elle fait fausse route en confiant aux seuls experts du GIEC l’essentiel de ses moyens d’action pour notre environnement !

    Car au delà d’une hypothétique « responsabilité des Hommes » dans le prétendu « réchauffement climatique », les problèmes essentiels de notre environnement demeurent :

    — le défaut d’accès à l’eau potable cause la mort de millions de personnes chaque année ;

    — le défaut d’assainissement et de traitement des déchets dans les mégalopoles des pays en voie de développement ont des conséquences tout aussi dramatiques ;

    — la prévention du Sida en Afrique, ou du paludisme souffrent d’un déficit d’action dont l’omniprésence du GIEC est en partie responsable ;

    — la pollution des villes dans les pays développés continue à se développer en créant des problèmes sanitaires toujours plus dévastateurs.

    Enfin l’ONU s’exonère de la mainmise du GIEC !
    Il était temps !!!!

    Réponse
  • 2. pierre s  |  juin 11, 2010 à 9:27

    ajout :

    — nos nappes phréatiques continuent à dégrader à vitesse gand V… jusque quand ???

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Twitter


%d blogueurs aiment cette page :