Slate#15: L’écologie Canada dry

février 12, 2010 at 7:58 Laisser un commentaire

L’actu de la semaine était alsacienne, personne n’a pu passer à côté du sondage qui, à 6 semaines du premier tour des élections régionales, donne Europe Ecologie gagnante en Alsace.

Tout le monde ira de son commentaire et de son analyse sur ce sondage, que nous prenons pour ce qu’il est et rien de plus, juste un sondage. Ceci même si pour ma part, je dois avouer que rien ne me ravirait plus, qu’en 2010, l’Alsace, ma région d’adoption, démontre une fois de plus que le soleil se lève encore et toujours d’abord à l’Est et que les Alsaciens en ont assez que les représentants des partis politiques traditionnels les prennent pour des idiots. Rien ne me ravirait plus que les 14 et 21 mars, les hommes et les femmes qui ont rejoint le rassemblement des écologistes passent aux commandes de cette région sous la présidence de Jacques Fernique pour voir mettre en application les solutions que porte le projet d’Europe Ecologie Alsace. Parce que je sais qu’avec Europe Ecologie, associations, agriculteurs, élus locaux et citoyens alsaciens se seraient épargnés, par exemple, plus de 10 ans de négociations, de démonstrations, de recours juridiques contre des projets absurdes d’une autre époque comme le GCO, et que des solutions concertées et raisonnées conciliant les intérêts économiques, sociaux et environnementaux, pour répondre à des problèmes comme l’engorgement routier de la ville de Strasbourg seraient déjà en cours de réalisation.

Il n’y a pas meilleure illustration que le projet du Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO) pour illustrer l’écologie dont se revendiquent les partis traditionnels. Une écologie canada dry qui fait pchitt quand elle oblige les associations de protection de l’environnement, les agriculteurs et des élus locaux à faire valoir leurs légitimes revendications devant le Conseil d’Etat et que celui-ci devrait leur donner raison.

Le GCO, ce n’est pas un simple projet routier, c’est un symbole, l’illustration d’une classe politique de droite UMP qui raisonne et défend des projets qui ont plus de 30 ans, qui est incapable de cohérence entre les discours et les actes. Le GCO est aussi représentatif d’une gauche socialiste qui manque de courage et préfère ne rien faire que de prendre le risque de créer des dissensions en son sein (l’abandon du projet n’a jamais été mis à l’ordre du jour du conseil de la Communauté urbaine de Strasbourg et n’a fait l’objet d’aucun courrier officiel de la part du maire de Strasbourg au ministre compétent)…

Le plus dur pour les néo-écologistes, c’est l’exigence de cohérence, de vérité et la rupture avec le passé…

Le GCO est une autoroute à 2×2 voies longue de 24 km imaginée dans les années 1970. Ce projet est aussi vieux que moi et s’inscrit dans le schéma de pensée du SDAU de 1973. Il a été repris à la fin des années 1990, et dès 1999, Alsace Nature demandera la réalisation de nouvelles études pour envisager les alternatives au projet routier. En 2003, c’est le collectif «GCO Non Merci», un groupe informel, apolitique, qui rassemble des élus locaux, des scientifiques, des agriculteurs, de simples citoyens, des associations (Alsace Nature et son réseau, APECI, ADEVIE, Ligne-Verte, etc.) qui prend le relai et organise la première Manifiesta (manifestation festive) contre le GCO pour mobiliser et informer la population. Parallèlement, le collectif poursuit ses discussions avec le préfet du Bas-Rhin sur la base d’expertises indépendantes qui démontrent notamment que la nouvelle autoroute ne parviendra à régler que marginalement les problèmes de circulation auxquels Strasbourg est confronté et qu’elle détruira de nombreux hectares de terres agricoles favorables au grand hamster d’Alsace, espèce menacée d’intérêt communautaire. (lien PPT le GCO pour les nuls).

On cherche la couleur de l’écologie avec Nicolas Sarkozy

Sans que je me l’explique, la droite alsacienne s’accroche au projet et refuse tout nouveau débat public. De sorte que le GCO devient un des enjeux des municipales de Strasbourg en 2006 et contribue assurément à faire perdre la municipalité à Fabienne Keller. Après le résultat des municipales et dans le contexte du Grenelle de l’environnement, nous sommes plusieurs à imaginer que le GCO est définitivement enterré. C’était sans compter les petits cadeaux laissés par le président Nicolas Sarkozy après chacun de ses Conseils des ministres décentralisés. La Corse a eu son barrage du Rizzanese (un autre projet contre lequel nous nous sommes battus avec France Nature Environnement). En septembre 2007, à Strasbourg, Nicolas Sarkozy promet que le GCO passera «en Conseil d’Etat sans passer par le Grenelle de l’environnement».

Directrice d’Alsace Nature, je reprends mon souffle, un mois plus tard en octobre 2007. Dans son discours final du Grenelle, le même Nicolas Sarkozy affirme très clairement que «tous les grands projets publics, toutes les décisions publiques seront arbitrées en intégrant leur coût pour le climat, leur coût en carbone (…) leur coût pour la biodiversité. Très clairement, un projet dont le coût environnemental est trop lourd sera refusé». Dans le même temps, les recours d’Alsace Nature à l’échelle européenne trouvent enfin écho. La Commission européenne adresse à la France une mise en demeure d’agir face à ses efforts insuffisants pour préserver le grand hamster d’Alsace, espèce «très menacée» et dont la construction du GCO signerait l’arrêt de mort. L’amende pourrait atteindre de 17 à 100 millions d’euros. Elle est suivie en novembre par le comité permanent de la convention de Berne qui place la France sous surveillance pour manque d’efficacité dans la sauvegarde du grand hamster d’Alsace.

On se dit même que le dossier est clos quand une délégation du Collectif GCO non MERCI, dont je fais partie, est reçue au ministère de l’Ecologie (Medad) à Paris, puis quand Jean-Louis Borloo, quelques jours plus tard, lors du comité de suivi du Grenelle, annonce que le GCO ne se fera pas.

On cherche l’odeur de l’écologie avec François Fillon

Quand le 23 janvier 2008, sort le décret signé par François Fillon, Jean-Louis Borloo et Dominique Bussereau «déclarant d’utilité publique et urgents les travaux de construction de l’autoroute A 355, Grand Contournement Ouest de Strasbourg», on a beau m’expliquer que tout cela est politique, je dois bien avouer que commence à germer en moi le doute que ce gouvernement et ceux qui se réclament aujourd’hui de l’écologie aient bel et bien pris la mesure de ce que l’écologie suppose en cohérence, responsabilité et honnêteté!

Nous, manifestement impuissants à nous faire entendre, eux manifestement incapables de mesurer et comprendre que cette infrastructure est totalement à contretemps par rapport à l’intérêt général des populations et aux enjeux climatiques et environnementaux. Alsace Nature dépose un recours auprès du Conseil d’Etat en vu d’obtenir une annulation pure et simple du GCO, suivie par les agriculteurs et les élus locaux.

Le recours est pendant devant le Conseil d’Etat, mais cela n’empêche pas fin 2008, le Premier ministre d’annoncer le déblocage du dossier du GCO et de le faire figurer parmi les priorités du gouvernement dans le cadre du plan de relance annoncé par le président de la République. De mon côté, face à cette nouvelle  manifestation de l’incapacité de nos gouvernants à mesurer l’opportunité de mettre en œuvre les solutions dégagées par le Grenelle et de la faiblesse du relais politique à l’expression concertée de la société civile, je quitte FNE et m’engage pour les européennes au sein du rassemblement Europe Ecologie…

On cherche le goût de l’écologie avec Chantal Jouanno

Je ne peux m’empêcher de recevoir comme une provocation douloureuse, à un mois du vote pour les Européennes, la venue en mai 2009 de Chantal Jouanno à Strasbourg pour annoncer que «le GCO se fera!».

Ces annonces, sont suivies, malgré le recours toujours pendant au Conseil d’Etat et les injonctions de l’Union européenne, en toute discrétion, dans la torpeur de l’été, d’un appel d’offres en vue de trouver un concessionnaire.

L’écologie Canada dry qui fait fi de l’expertise et du débat citoyen: ce n’est juste pas l’écologie

Le 20 janvier dernier, le rapporteur public a recommandé l’annulation de la déclaration d’utilité publique du GCO, aux juges du Conseil d’Etat, qui devrait rendre sa décision définitive d’ici fin février. Les avis du rapporteur public sont la plupart du temps (dans 90% des cas) suivis par les juges du Conseil d’Etat. Dans l’esprit de la tradition alsacienne, sans triomphalisme, je me contente de me réjouir de ces conclusions et espère leur confirmation… Ces conclusions constituent aujourd’hui un signal fort pour tous ceux qui contestent depuis des années l’opportunité de ce projet autoroutier destructeur, et elles invitent les écologistes Canada dry à reconsidérer sérieusement les alternatives s’inscrivant dans un projet de transports durables pour l’Alsace dès maintenant.

Le rapporteur public a retenu parmi les moyens soulevés: des lacunes sur les impacts sociaux-économiques du GCO et des carences sur la prise en compte de l’impact sur la biodiversité…  En 2010, année mondiale de la biodiversité, en 2010, année du rattrapage de Copenhague à Cancun… Si le Conseil d’Etat venait à confirmer les conclusions de son rapporteur public et si les Alsaciens venaient à confirmer le sondage de Paris-Match, alors 2010 pourrait être l’an 1 d’une nouvelle donne politique, d’une nouvelle donne économique…

Image de une: Canada dry / markcbrennan via Flickr CC

Première publication sur SlateFrance

Publicités

Entry filed under: Chroniques. Tags: , , .

Barroso II ou la Commission des petits arrangement Non Barack, je ne te donnerai pas mon numéro de CB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Twitter


%d blogueurs aiment cette page :