Lutte contre le réchauffement climatique : La conférence de Copenhague se réunira en décembre prochain pour débattre

septembre 30, 2009 at 2:30 Laisser un commentaire

cheminee(ITV Parlement Européen – 28/09/2009) La conférence de Copenhague se réunira en décembre prochain pour débattre de la lutte contre le réchauffement climatique. Un rendez-vous international lourd d’enjeux et qui suscite beaucoup d’attentes. Mme Sandrine BÉLIER (Verts/ALE, FR), membre de la commission de l’environnement du Parlement européen, nous donne son point de vue.

Qu’attendez-vous de la conférence de Copenhague qui se tiendra du 7 au 18 décembre 2009 ?

J’en attends un accord ambitieux, efficace et équitable nécessaire pour que le réchauffement planétaire n’excède pas un maximum de deux degrés, pour éviter les effets de changements climatiques considérables qui auraient des conséquences désastreuses et très coûteuses pour l’Europe et pour le monde. Cet accord devra reposer sur deux grands engagements. L’un sur le plan technique, l’autre sur le plan de la solidarité. Nous devons stopper l’emballement de la machine climatique et nous fixer un objectif mondial en mesure d’induire une baisse mesurable de nos émissions dès 2015. Nous devons enfin voir les choses en face. Il y a urgence. Les conséquences de la dégradation de notre environnement sont déjà là en terme de crise alimentaire, par exemple, avec la disparition des terres arables qui met en compétition des territoires, provoque des exodes et des émeutes de la faim. Les effets sont également visibles en matière sociale, avec des crises qui se multiplient suite à de fortes tempêtes et autres montées des eaux, et qui génèrent de surcroît la destruction des outils de production. Je pense aussi à la raréfaction des matières premières. Ici encore, les conséquences sont réelles : disparition d’emplois, migrations forcées, surpeuplement autour de quelques zones d’activité – généralement de grands centres urbains.

Pour inverser cette tendance, les pays occidentaux, et l’Union européenne en tête, doivent être exemplaires. Un accord ambitieux sur l’objectif chiffré de réduction de gaz à effet de serre, pour les pays « riches » est de ce point de vue essentiel. Nous ne pouvons pas nous contenter de demi-mesures : les chefs d’Etats et de gouvernements doivent s’accorder sur une réduction de 40% des gaz à effet de serre d’ici 2020 par rapport aux niveaux de 1990. Mais il est aussi de notre devoir d’accompagner dans cette voie les pays du Sud, les pays les plus vulnérables qui subissent déjà, pour certains, de plein fouet les premiers effets du dérèglement climatique. C’est là qu’intervient la notion de solidarité que j’évoquais précédemment. Parce que les pays industrialisés sont responsables des émissions passées de gaz à effet de serre, qu’ils restent aujourd’hui de grands émetteurs, ils doivent effectivement être les premiers à réduire massivement leurs émissions ; mais ils doivent aussi accompagner les pays du Sud dans cette transition.

Quelles sont, selon vous, les principales mesures qui devraient être prises à Copenhague, pour lutter efficacement contre le réchauffement de la planète, après le relatif échec du Protocole de Kyoto ?

Les principales mesures sont au nombre de deux : les gouvernements devront déjà, mettre en place des mesures financières équitables à destination des pays du Sud. La première clé du succès de la conférence de Copenhague est ici : faire en sorte que des pays industrialisés soutiennent véritablement les pays les plus pauvres, de manière pérenne et proportionnée à leurs besoins. Il devra donc ressortir de ce sommet un engagement financier, dans lequel l’Europe assumera la part qui lui revient, pour accompagner les efforts en matière d’atténuation, de technologies et d’adaptation qui seront consentis par les pays en développement.

La seconde clé tient à la réduction des émissions dans les pays du Nord. Pour ce faire et au-delà des objectifs chiffrés, nous devrons non seulement nous accorder sur la mise en oeuvre d’une politique volontariste axée sur la sobriété et l’efficacité énergétique, la promotion des énergies renouvelables mais aussi sur une forte sensibilisation de l’ensemble des acteurs concernés.

La crise économique que nous traversons peut-elle conduire les États à se désintéresser de la cause écologique pour préserver leur compétitivité ?

Ce serait une erreur grave économiquement et écologiquement. Il est important que l’on prenne bien en compte une donnée fondamentale : la crise climatique n’est pas une crise isolée déconnectée de nos choix de développements économiques passés. La crise à laquelle il nous appartient de faire face et les réponses qui pourront être apportées par les mesures adoptées lors du sommet de Copenhague constitueront des réponses aux crises économique, sociale, écologique et humaine planétaire. En d’autres termes la crise économique que nous vivons n’est pas distincte de la crise écologique, et inversement. J’insiste sur ce point. Aujourd’hui, il faut penser la compétitivité des entreprises autrement et s’inscrire dans une vision à moyen et long terme. Nous devons garantir des produits durables et des modes de production moins impactant écologiquement. L’écologie est une chance, elle ne peut plus être envisagée comme une contrainte. Elle est potentiellement capable de créer plus de 10 millions d’emplois en Europe et ce sont plusieurs secteurs économiques qui vont croître avec la lutte contre le changement climatique et le remplacement des énergies fossiles (énergies renouvelables, efficacité énergétique des bâtiments et des processus industriels, transports propres, secteurs de la recherche et du développement, etc…). Notre modèle économique et de production des 50 dernières années est périmé et n’a, à mon avis, plus d’avenir. C’est une chimère de penser que tout a changé autour de nous et que nous, nous ne devons pas changer nos modèles économiques.

La conférence de Copenhague constitue-elle la dernière chance de voir les pays s’unir dans la lutte pour la protection de l’environnement ?

L’urgence climatique est là et en effet le climat nous fixe un ultimatum. Alors, un accord global doit être trouvé pour succéder, dès 2013 au protocole de Kyoto et cet accord, pour avoir une efficacité, devra être contraignant. Nous avons une obligation de résultat. Copenhague est une étape importante qui permettra essentiellement de se mettre d’accord sur les objectifs communs et de décider des mécanismes qui permettront d’atteindre ces objectifs. C’est une étape à ne pas manquer, mais il y aura d’autres rendez-vous. Plus que la dernière chance, ce sommet porte surtout la responsabilité de constituer un signal fort des gouvernants face à la prise en compte d’un enjeu majeur pour l’ensemble des habitants de la planète et d’exprimer dans les actes leurs soucis d’assurer à la population mondiale un avenir un peu plus serein que celui qu’on lui promet aujourd’hui.

En tant que députée nouvellement élue au Parlement européen, quel rôle doit jouer l’Union européenne face à la menace d’une crise environnementale ? A plus court terme, les pays membres de l’Union Européenne défendront-ils une position commune à Copenhague ?

L’Union européenne a un rôle majeur à jouer dans cette négociation, elle a un rôle de leader à retrouver, rôle de leader qu’elle a perdu. Elle devra peser de tout son poids et dans son expression d’entreprendre sur son territoire une action ambitieuse en matière d’atténuation de ses émissions et d’accorder aux pays en développement un soutien financier et technologique qui les aidera à adopter des stratégies de développement sobres en carbone. Et pour jouer un rôle de premier plan dans les négociations, elle devra se montrer exemplaire et porter son engagement actuel de 20% des émissions de carbone d’ici à 2020 par une réduction de ces émissions à 40% dans le cadre d’un compromis ambitieux et moyennant des efforts comparables de la part des autres partenaires. C’est à cette condition que d’autres, dont les Etats-Unis et la Chine nous suivront.

Justement, malgré les gestes de bonne volonté d’Obama, croyez-vous que la Chine, la Russie et les États-Unis participeront pleinement à l’indispensable effort collectif qu’implique la crise écologique ?

Les Etats-Unis et la Chine ont déjà commencé. Nous n’avons pas d’autres choix et je pense que Barack Obama l’a compris même s’il doit encore faire face à une vague d’opposition sur le sujet tant au Sénat qu’à la Chambre des représentants. Et la Chine pourrait bien nous surprendre. Mardi, à l’Onu, le président Hu Jintao, s’est en effet engagé à réduire « notablement » l’intensité en gaz carbonique de sa croissance économique. Si ces engagements, une fois chiffrés, devaient s’accorder avec une position européenne forte, cela pourrait provoquer un effet de levier sur les Etats-Unis ou la Russie.

 

Photo empruntée à Billy Wilson

Publicités

Entry filed under: Interview. Tags: , , , .

Liberation, 10 sept. 2009. Pages 18 – 19 Slate #3: La taxe carbone victime de la démagogie fiscale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Livre : La Biodiversité, Une Chance…

Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.


%d blogueurs aiment cette page :